Bouygues Telecom ne compte pas se laisser faire. L’opérateur a saisi le Conseil d’État dans l’objectif de contrer la loi anti-Huawei, a rapporté l’Express dans un article datant du 1er septembre 2020. Pour rappel, cette loi a pour objectif de fortement limiter l’implantation des antennes du constructeur chinois sur le territoire français, un coup dur pour Bouygues qui comptait utiliser le matériel de Huawei pour déployer son réseau 5G.

En quoi consiste la loi anti-Huawei ?

Le déploiement de la 5G est un véritable casse-tête pour Bouygues Telecom. Après avoir saisi une première fois le Conseil d’État pour demander le report de la procédure d’attribution des fréquences 5G, l’opérateur français fait une nouvelle fois appel à l’institution pour attaquer cette fois la loi anti-Huawei promulguée en 2019.

Si celle-ci ne dit pas clairement son intention de bannir le constructeur chinois de l’implémentation des équipements 5G en France, elle oblige néanmoins les opérateurs à faire valider leurs équipements par  l’Agence nationale de sécurité et des systèmes d’information (Anssi) et ce, dans le but de « préserver les intérêts de la défense et la sécurité nationale de la France« . Or, au cours de l’année écoulée, il est devenu évident que l’administration ne comptait pas donner son feu vert au matériel Huawei. En effet, le constructeur chinois n’a pas réussi à obtenir des autorisations n’allant que de trois à cinq ans, contre huit ans pour ses concurrents. Pire encore, à l’issue de ce délai, les antennes Huawei devront être démantelées avec une date limite fixée à l’année 2028.

Bouygues Telecom prend les armes

SFR et Bouygues Telecom, qui comptaient tous deux s’appuyer sur les équipements du constructeur chinois pour le déploiement de leur nouvelle norme réseau, se trouvent donc dans une situation délicate. Non seulement ils perdent un temps précieux dans la course à la 5G, mais également une somme considérable dans le processus.

C’est pour cette raison que Bouygues Telecom a décidé de contre-attaquer en saisissant le Conseil d’État. Avec ce recours, l’objectif principal de l’opérateur serait de faire annuler purement et simplement cette loi qui l’empêche d’utiliser les équipements de Huawei, mais pas seulement… Bouygues espère également pousser les autorités à le dédommager financièrement pour les dommages causés. Si la partie est loin d’être gagnée, l’opérateur français semble bien décidé à mener tous les recours en justice possibles pour défendre sa position. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la course à la 5G est loin d’être une promenade de santé pour Bouygues Telecom.