C’est une page qui se tourne dans l’histoire de Criteo, le spécialiste français du ciblage publicitaire. Alors que l’entreprise fête cette année ses 15 ans d’existence, son cofondateur Jean-Baptiste Rudelle a décidé de laisser sa place au Conseil d’administration. Il en avait déjà quitté la présidence au mois de juillet, au profit de Rachel Picard. « JB (Jean-Baptiste) avait fondé Criteo il y a 15 ans et tout le conseil lui est reconnaissant pour son engagement sans faille », a déclaré la nouvelle présidente du conseil d’administration.

À l’automne dernier, Jean-Baptiste Rudelle avait déjà pris ses distances avec Criteo, quittant ses fonctions exécutives. C’est Megan Clarken qui avait pris sa succession en tant que directrice générale.

Ce n’est pas le premier départ du cofondateur, qui était déjà revenu occuper sa fonction de CEO en mai 2018, alors que les nouvelles réglementations européennes sur la protection des données personnelles menaçaient d’impacter négativement Criteo. Un poste qu’il n’aura donc occupé qu’un peu plus d’une année avant de laisser sa place en octobre 2019.

Le début d’année 2020 avait déjà été chaotique pour Criteo. Les résultats de 2019 étaient déjà en baisse de 2% par rapport à l’année précédente. Avec Google qui annonçait ses intentions de prioriser la confidentialité des données, en supprimant notamment la prise en charge des cookies tiers dans Chrome, un coup dur de plus pour Criteo. Le spécialiste du retargeting voyait là une bonne partie de son business model se heurter à une mort programmée.

Les orientations de Google emboîtent le pas d’Apple, qui déjà en 2017 avait pris des mesures pour réduire les cookies de son moteur de recherche Safari. Une décision brutale pour Criteo : 25 millions de dollars de chiffre d’affaires perdus.

Au mois de mars, l’entreprise était également sous le coup d’une enquête de la CNIL par rapport au respect du RGPD.

Résultat, sept ans après une introduction en Bourse en fanfare (l’entreprise affichait un taux de croissance de 63%), la décroissance est un signal d’alarme. 2020 est la première année en décroissance pour Criteo.

Une mutation devrait poindre le bout de son nez dans les mois à venir. L’entreprise ayant déjà commencé à diversifier ses activités en investissant dans des solutions marketing.