Kevin Mayer, directeur général de TikTok, ne sera pas resté longtemps en poste : arrivé le 1er juin après avoir officié chez Disney, il a annoncé sa démission, évoquant un “environnement politique radicalement changé”. Cette décision fait suite à plusieurs semaines de tension entre la plateforme de courtes vidéos et le gouvernement américain.

« Au cours des dernières semaines, alors que l’environnement politique a radicalement changé, j’ai mené une réflexion approfondie sur ce que les changements structurels de l’entreprise exigeront et ce que cela signifie pour le rôle mondial pour lequel je me suis engagé. Dans ce contexte, et comme nous prévoyons de parvenir à une résolution très prochainement, c’est le cœur lourd que je tenais à vous faire savoir à tous que j’ai décidé de quitter l’entreprise » a-t-il déclaré dans une lettre à ses employés, que se sont procurés des médias américains.

Cette lettre évoque également que Vanessa Pappas, l’actuelle directrice générale de TikTok, prendrait le poste de PDG en intérim, selon le Financial Times. Cette décision intervient après que le président Donald Trump ait menacé de bannir l’application aux États-Unis si la société mère de TikTok, ByteDance, ne vendait pas ses actifs américains à une société américaine dans les 90 jours.

La saga entre TikTok et Donald Trump se poursuit… par un procès

Soupçonnant l’application chinoise d’être une sorte de cheval de Troie qui menacerait la sécurité nationale, notamment en exposant les données personnelles de ses utilisateurs américains, Donald Trump s’est lancé en guerre contre Tiktok et sa société mère chinoise, ByteDance. Il a imposé à l’entreprise chinoise que les activités américaines de Tiktok soient rachetées par une entreprise américaine, sinon l’application serait purement et simplement interdite aux États-Unis. De nombreuses grandes entreprises de la tech, comme Microsoft et Oracle, sont en pourparlers pour ce rachat, tandis que Trump presse à une vente avant le 15 septembre prochain.

Le 24 août dernier, c’est Tiktok qui s’est lancé dans une autre bataille judiciaire, en décidant de porter plainte contre Donald Trump lui-même et contre le gouvernement américain devant un tribunal fédéral. La plateforme de courtes vidéos a ainsi affirmé que le décret d’interdiction promulgué par le président américain ne « prête aucune attention aux faits » et qu’il contient « un manque de procédure régulière » comme nous le rapportions il y a quelques jours. Ce procès pourrait retarder l’interdiction de l’application sur le sol américain et permettre à TikTok de conclure une vente plus avantageuse.