La Maison Blanche a annoncé le 26 août un plan de 1 milliard de dollars pour créer 12 instituts sur l’intelligence artificielle et l’informatique quantique. C’est la concrétisation d’une volonté du président Donald Trump, le but est de ne pas laisser les États-Unis être devancé par la Chine.

Les États-Unis veulent conserver leur domination technologique menacée

Selon un rapport de 2019, publié par le Center for Data Innovation, la Chine adopterait plus rapidement que les États-Unis et l’Union européenne les technologies IA. L’Empire du Milieu ne cache pas son ambition de devenir leader dans le domaine d’ici 2030 et use même parfois de moyens douteux.

Une perspective qui inquiète profondément les autorités américaines, Michael Kratsios, directeur du secteur technologique américain à expliquer au Wall Street Journal qu’il était « absolument impératif que les États-Unis continuent à être leader mondial en matière d’IA et de quantique ». Il a ajouté que « L'avenir de la prospérité économique américaine et de la sécurité nationale sera déterminé par la façon dont nous investissons, recherchons, développons et déployons ces technologies de pointe aujourd'hui ».

Pour parvenir à cet objectif, des agences fédérales américaines et des partenaires privés vont dépenser 1 milliard de dollars sur les 5 prochaines années. Cet argent servira à créer 12 nouveaux instituts de recherches. La somme aurait déjà été budgétisée avec les agences fédérales prenant part au projet selon la Maison Blanche.

La Fondation nationale des sciences, le ministère de l’Agriculture et d’autres mettront 140 millions de dollars sur la table pour 7 instituts consacrés à l’intelligence artificielle et le Ministère de l’Énergie supervisera une enveloppe de 625 millions de dollars pour 5 instituts spécialisés sur l’informatique quantique. Le secteur privé, avec des entreprises comme IBM et Microsoft compléteront la somme sous la forme de dons de services technologiques.

Compenser les angles morts de la recherche privée

Cela fait plusieurs mois que Donald Trump évoque ce projet avec des sommes fluctuantes, il se concrétise désormais. Ces instituts devront travailler en recherche préliminaire sur des domaines auxquels le privé ne s’intéresse que marginalement, mais considérer comme stratégique, par exemple la météorologie ou l’agriculture. Une compensation pour la recherche publique ignorée par le président américain, notamment sur les questions environnementales.

La peur de l’administration américaine de se voir dépasser technologiquement par l’Empire du Milieu est loin de relevé de la paranoïa, mais le pays de l’Oncle Sam reste bien armé, entre ses capacités de recherches militaires et les géants de la Tech américain. Le milliard de dollars permettra de ne pas se faire distancer dans des secteurs civils.