Hong Kong est tiraillé depuis plusieurs mois par les manifestations des militants pro-démocratie et Pékin qui souhaite mettre la main sur ce territoire qui lui échappe. Dans le même temps, des chercheurs affirment avoir découvert le premier cas de réinfection à la Covid-19. Un constat qui pourrait signifier que la Covid-19 va avoir beaucoup de mal à disparaître.

La première réinfection au monde

Le 15 août, un homme de 33 ans a débarqué à Hong Kong par avion. Il se dirige alors de son propre chef vers un point de test pour vérifier qu’il n’a pas la Covid-19 et pouvoir pénétrer sur le territoire hongkongais. Un prélèvement est effectué et en attendant les résultats, l’homme précise aux médecins qu’il a déjà contracté le virus en mars. Il avait alors souffert de maux de tête et passé deux semaines à l’hôpital. Les résultats tombent : 142 jours plus tard, il était de nouveau atteint par la Covid-19.

Une première question nous vient forcément : s’agit-il de l’infection initiale qui persiste dans son corps et qui finit par se déclencher de nouveau à un moment où le sujet est plus faible ? On peut aussi se demander si l’homme a pu contracter le virus une deuxième fois, ce qui remettrait en cause la question de l’immunité. C’est un cas unique au monde. Aucun malade de la Covid-19 n’avait jusqu’à présent contracté le virus une deuxième fois. S’agit-il d’une exception ?

Une découverte qui prouve que la Covid-19 va avoir du mal à disparaître

Les chercheurs de Hong Kong ont travaillé sur ce cas depuis plusieurs jours. Après avoir effectués une analyse génomique du virus, les scientifiques affirment que l’homme a contracté le virus une seconde fois. Une preuve formelle que l’immunité peut se dissiper qui remet en cause ce que nous pensions jusqu’à présent. Cela signifie que nous devrons probablement nous faire vacciner régulièrement pour éviter de contracter le virus à plusieurs reprises.

Déjà en avril 2020, les chercheurs estimaient que la maladie pourrait devenir saisonnière. Ils étaient loin d’imaginer que nous pourrions contracter plusieurs fois le virus. Selon Kwok-Yung Yuen, Kelvin Kai-Wang To et Ivan Fan-Ngai Hung, chercheurs à la faculté de médecine de l’université de Hong Kong :

« Nos conclusions suggèrent que le SRAS-CoV-2 pourrait persister dans la population humaine mondiale comme c’est le cas pour d’autres coronavirus humains associés au froid. La séquence du génome de la souche du virus lors du premier épisode d’infection par la Covid-19 est clairement différente de la séquence du génome de la souche du virus trouvée lors du deuxième épisode d’infection. Il s’agit donc bien d’une réinfection ».