En 2019, le marché du cloud public a progressé de 26%. C’est une superbe croissance, à laquelle les spécialistes ne s’attendaient pas forcément. Selon l’analyste d’IDC, Franck Della Rosa, les segments du IaaS et du PaaS ont largement contribué à cette évolution. La maturité du marché du SaaS permet également au cloud public de continuer de progresser.

Un marché à 233,4 milliards de dollars

Un récent rapport d’IDC montre à quel point le cloud séduit les entreprises de plus en plus chaque année. L’étude s’arrête sur l’année 2019. On observe une nette progression du marché grâce aux souscriptions aux services IaaS, PaaS et SaaS proposés par les opérateurs. L’ensemble du marché du cloud public a connu une évolution de 26%. Le marché s’établit désormais à 233,4 milliards de dollars, l’équivalent de 198 milliards d’euros. Quasiment deux fois plus qu’en 2016, ce qui prouve que le marché est bien en train d’exploser. Preuve à l’appui : chez Microsoft, la part du cloud représentait en 2019 11,87 milliards de dollars, soit 27% de plus qu’en 2018.

Évolution du marché du cloud public entre 2018 et 2019.

Les analystes d’IDC estiment que cette croissance ne devrait pas être aussi soutenue durant les prochaines années. Ils tablent sur une moyenne à 22,3% jusqu’en en 2023, ce qui reste très honorable. Rick Villars, analyste chez IDC, estime que : « auparavant, les entreprises se donnaient 10 ans pour effectuer leur transition vers le cloud. Aujourd’hui, leur objectif est de réaliser la bascule en moins de 5 ans et ça change tout pour les opérateurs qui doivent également suivre la cadence ».

Le PaaS et le IaaS ont contribué au développement du cloud public

Ce sont les deux segments les moins connus qui ont le plus profité de cette évolution. Le PaaS et le IaaS. Le IaaS pour Infrastructure as a Service est une externalisation de votre infrastructure informatique matérielle Vous déléguez à votre fournisseur l’installation des serveurs fichiers ou vos réseaux. Amazon propose par exemple un IaaS avec AWS.

Le PaaS pour Platform as a Service est un IaaS plus poussé. Il consiste à sous-traiter non seulement l’infrastructure matérielle mais également des applications middleware comme les systèmes d’exploitation, les bases de données ou les serveurs web. Pour citer deux outils qui proposent ce service, on pense par exemple à Windows Azur ou IBM Bluemix. Sur ce graphique, nous avons une idée plus précise de la répartition de l’IaaS et du PaaS en fonction des fournisseurs :

Répartition des fournisseurs de PaaS et de IaaS.

Avec la pandémie de Covid-19, nous pouvons penser qu’une accélération massive des services de cloud public sera encore au rendez-vous cette année. Franck Della Rosa est convaincu que : « l’adoption des applications hébergées permettra aux entreprises de faire face à la hausse exponentielle du nombre de télétravailleurs ». Google est par exemple devenu le premier fournisseur de cloud auprès des e-commerçants indépendants depuis la crise du Covid-19.