Le président américain a décidé de « bloquer toutes les transactions liées à WeChat ». Un libellé très large qui suscite l’inquiétude des utilisateurs de WeChat, notamment les sino-américains. Un groupe d’utilisateurs de WeChat est à l’origine d’une plainte contre l’administration Trump pour une interdiction qu’ils jugent anticonstitutionnelle.

Les sino-américains utilisateurs de WeChat sont inquiets

Le décret du 6 août signé par Donald Trump est plutôt vague. Que signifie réellement l’expression « bloquer toutes les transactions » mentionnée explicitement dans le décret signé par le président américain ? Alors que Tencent a chuté en bourse après l’annonce du décret par Donald Trump, les sino-américains s’inquiètent de cette nouvelle mesure. Les personnes à l’origine de la plainte ont fait savoir que :

« WeChat est la principale application que les sino-américains utilisent aux États-Unis pour prendre part à la vie sociale en se connectant avec leurs proches, en partageant des moments, en recevant des nouvelles de dernière minute et en participant à des discussions politiques avec leurs amis. Cette application est devenue essentielle à la vie quotidienne de ses utilisateurs, dont beaucoup y passent de nombreuses heures chaque jour ».

Une interdiction qui pourrait aussi nuire aux entreprises américaines

Il est important de préciser que les personnes à l’origine de cette plainte ne sont pas affiliées à Tencent. Il s’agit simplement d’utilisateurs de WeChat qui ne se voient pas vivre sans cette application si précieuse à leurs yeux. Ce décret a été signé en même temps que celui visant à bloquer ByteDance et donc TikTok à qui il reste 90 jours pour trouver un acheteur américain. Dans l’ordonnance signé par Trump, nous pouvons lire que :

« WeChat, comme TikTok… sont des applications qui peuvent également être utilisées pour des campagnes de désinformation au profit du Parti communiste chinois ».

TikTok a également confirmé son intention de poursuivre l’administration Trump pour la signature d’une telle ordonnance. Deux géants tentent actuellement de prendre des parts dans l’application chinoise : Microsoft et Oracle qui pourrait être en mesure de s’attirer les bonnes grâces de la Maison Blanche. Les 1,5 million d’utilisateurs de WeChat aux États-Unis sont inquiets car l’interdiction pourrait toucher à tout, de Spotify à League of Legends. Une douzaine d’entreprises américaines, dont Apple, Ford, Disney et Walmart, se sont opposées à l’interdiction de WeChat. Une telle interdiction serait problématique pour ces entreprises.