Odyssey Interactive est un tout nouveau studio canadien fondé par d’anciens développeurs de chez Riot Games, et dont l’objectif sera de créer des jeux mobiles compétitifs. Loin de partir de rien, le studio a réussi une levée de fonds de 6 millions de dollars, rapporte Venturebeat.

Odyssey Interactive se lance avec 6 millions de dollars

Pour son lancement, Odyssey Interactive a pu compter sur le soutien financier d’Andreessen Horowitz, de Golden Ventures, d’A16z Cultural Leadership Fund, et de plusieurs business angels parmi lesquels Eros Resmini (Discord), Kevin Lin (cofondateur de Twitch), Steve Chen (cofondateur de YouTube), et Paul Della Bitta (Blizzard).

Ensemble, ils ont mis 6 millions de dollars sur la table pour la création de ce tout nouveau studio basé au Canada et ce, malgré le fait qu’aucun jeu n’ait encore été annoncé. De fait, l’équipe d’Odyssey Interactive elle-même n’a pas encore imaginé son premier jeu. Pour l’heure, celle-ci travaille sur des idées et des prototypes, avec l’objectif de créer des jeux mobiles compétitifs.

Un nouveau studio par des anciens de chez Riot Games

Pas de quoi décourager les bienfaiteurs du studio, qui ont été séduits par le pedigree des quatre fondateurs, Richard Henkel, Dax Andrus, David Capurro et Eric Lawless. Tous sont passés chez Riot Games, studio pharaonique à l’origine de l’incontournable League of Legends (LoL), et ont travaillé ensemble sur Teamfight Tactics, jeu mobile sorti plus tôt cette année. Finalement ils ont décidé de quitter ce studio emblématique pour lancer leur propre projet.

L’ambition est claire : frapper vite et fort, avec des jeux vitaminés et compétitifs dédiés aux hardcore gamers. Les quatre fondateurs souhaitent également créer un lien émotionnel avec les joueurs, avec des concepts forts qui s’ancrent dans le quotidien de ces derniers. Si la vision est limpide, il faudra désormais trouver des idées assez impactantes pour réussir à accomplir toutes ces promesses.

En plus d’expérience importante des quatre fondateurs, les 6 millions d’euros levés seront un bon départ pour y parvenir : le studio peut d’ores et déjà se permettre d’engager des profils créatifs et techniques qualifiés pour donner vie à des jeux qualitatifs et construits hors des sentiers battus. De quoi inquiéter Riot Games ?