La division d’intelligence artificielle de Facebook (le FAIR) et l’Université de New York (NYU) ont travaillé conjointement pour améliorer les performances des scanners IRM grâce au deep learning. Le projet baptisé fastMRI, alimenté par l’intelligence artificielle, permet aux scanners d’être quatre fois plus rapides que la normale.

Améliorer les performances des scanners IRM

Quand on passe un IRM, il faut s’allonger dans un tube (ce qui peut parfois provoquer la claustrophobie chez certains patients). Ensuite on vous demande de rester immobile pendant quasiment une heure. C’est le temps qu’il faut pour que le scanner puisse se faire. Facebook et le NYU estiment être en mesure d’accélérer les performances des scanners IRM en faisant entrer et sortir les patients du tube beaucoup plus rapidement qu’à l’heure actuelle.

Le projet fastMRI mené par des scientifiques américains est alimenté par un modèle d’intelligence artificielle capable de prédire à quoi ressemblera le scanner final à partir seulement d’un quart seulement des données habituelles. Si vous vous demandiez pourquoi cela devient quatre fois plus rapide, vous avez désormais votre réponse. Avec cette nouvelle solution, les scanners peuvent être effectués plus rapidement, ce qui signifie moins de tracas pour les patients et des diagnostics plus rapides pour les médecins. Un premier pas vers l’introduction de l’intelligence artificielle dans l’imagerie médicale.

Le modèle d’IA fait des prédictions

Selon Dan Sodickson, professeur de radiologie au sein de la NYU Langone Health :

« Le réseau neuronal connaît la structure globale de l’imagerie médicale. D’une certaine manière, nous nous efforçons de remplir ce qui est unique dans le cas de ce patient en particulier, en nous basant sur les données à notre disposition. C’est une étape majeure vers l’intégration de l’IA dans l’imagerie médicale ».

Comment ça marche ? Le réseau neuronal a appris au fil des tests. Il a désormais une idée « abstraite » de ce à quoi ressemble une image médicale. Il se sert de cette base pour faire une prédiction sur le résultat final. C’est un peu comme un architecte qui a construit des dizaines de piscines. Au fil des années, de son apprentissage et de son expérience, il a une idée plus précise d’où se trouve les machines, le petit bassin, le plongeoir, etc. Il peut donc dessiner ses plans plus rapidement qu’au début. C’est la même chose avec l’intelligence artificielle sauf qu’il ne lui faut pas autant d’années pour apprendre.

Des études ont prouvé l’efficacité de l’intelligence artificielle. L’étape suivante consiste désormais à introduire cette technologie dans les hôpitaux, là où elle peut réellement aider des patients qui viennent passer des scanners IRM. L’équipe de fastMRI est convaincue que cela peut se faire assez rapidement, peut-être en quelques années seulement. De nombreuses intelligences artificielles accompagneront bientôt nos professionnels de santé. Une IA est par exemple capable de détecter des maladies rares à partir du visage d’un patient. Une autre peut détecter le cancer du poumon ou encore la malade d’Alzheimer 6 ans avant son diagnostic par un médecin humain. Bref, l’IA va devenir incontournable dans le secteur de la santé.