L’administration du président Trump vient de boucler une proposition de budget à hauteur de 2.2 milliards de dollars concernant les volets IA et informatique quantique. Dans un rapport rendu le vendredi 14 Août 2020, la Maison Blanche précise que ce budget consolide deux enveloppes distinctes.

Les investissements en intelligence artificielle passeront de 1.12 milliards de dollars à 1.5 milliards de dollars. La technologie quantique bénéficiera elle d’un budget passant de 579 millions de dollars à 699 millions de dollars.

Cette communication officielle tombe quelques mois après les déclarations du président Trump, qui allaient déjà dans le sens d’une augmentation des budgets accordés aux technologies de demain. Les lignes directrices de ces montants restent globalement évasives, mais citent toutefois le département de l’Agriculture et la National Science Foundation parmi les récipients des budgets alloués à l’intelligence artificielle. La santé est également mentionnée comme moteur essentiel pour l’avancée des technologies liées à l’IA.

Des budgets en hausse pour devancer la concurrence de la Chine

Pilotée par l’US Chief Technology Officer, Michael Kratsios, l’enveloppe allouée aux technologies de demain est tout sauf un hasard. Engagés dans une confrontation idéologique avec la Chine sur plusieurs fronts, les Etats-Unis veulent aller chercher la pôle position, et empêcher la Chine de les devancer.

Au-delà de la guerre commerciale qui fait les gros titres ces derniers temps par l’intermédiaire de TikTok, la course à l’armement technologique sera le champ de bataille de demain. En janvier 2020 déjà, les Etats-Unis instituaient une règle visant à limiter les exportations de technologies basées sur l’intelligence artificielle, de peur qu’elles ne tombent entre des mains chinoises. Plus spécifiquement, la norme obligera désormais les entreprises à obtenir une licence si elles veulent exporter certains logiciels d’imagerie géospatiale à base d’IA vers des pays autre que le Canada.

La stratégie américaine est limpide : contrôler les sorties de technologies du territoire américain, et filtrer ses entrées (Huawei et ZTE bannis car représentant un danger de surveillance national). Conjuguées à l’augmentation des budgets dédiés à l’IA et l’informatique quantique, les Etats-Unis veulent prendre une longueur d’avance dans le domaine scientifique et technologique. C’est d’ailleurs ce que souligne le responsable technologique américain Michael Kratsios : « le pays devait être gagnant et leader non seulement dans la technologie actuelle, mais aussi dans celle qui définirait notre avenir ».

L’informatique quantique, marché convoité

Parmi les financements listés dans le budget de la Maison Blanche, on trouve une ligne à 25 milliards de dollars consacrée à la création d’un Internet quantique national. Fin juillet 2020, le ministère de l’Energie dévoilait justement sa stratégie pour développer un prototype d’Internet quantique. Une feuille de route dessinée sur 10 ans, qui impliquera 17 laboratoires nationaux, et s’appuiera sur les réseaux actuels de fibre optique.

Un marché de l’informatique quantique qui devrait prendre une place conséquente dans la décennie à venir. Un rapport co-rédigé par le cabinet de conseil McKinsey publié en mars 2020 projette un chiffre impressionnant. A l’horizon 2035, le marché de l’informatique quantique devrait peser 1 000 milliards de dollars. Un chiffre colossal qui explique en bonne partie l’augmentation des budgets alloués à la R&D dans cette science encore embryonnaire. Les percées scientifiques font déjà la une : des chercheurs ont par exemple récemment réussi à réduire le « bruit » du signal quantique. Ayant mis au point un algorithme capable de diagnostiquer avec succès le “bruit” présent dans un système quantique, cela devrait permettre aux chercheurs d’inclure des dispositifs capables de mieux corriger les erreurs dans les futurs ordinateurs quantiques grand public.

En attendant de voir se propager l’informatique quantique à grande échelle, un exemple concret de son champ d’application se trouve sous nos yeux : “Si on disposait de ces capacités aujourd’hui, nous pourrions traiter l’épidémie de Covid-19 plus efficacement. L’informatique quantique permet de développer des vaccins et des médicaments beaucoup plus rapidement que nos techniques actuelles » présente Alexandre Ménard, directeur Associé senior chez McKinsey, co-auteur du rapport sorti par le cabinet de conseil.

La guerre commerciale que se livre la Chine et les Etats-Unis n’est donc pas prête de se tarir. Les points de friction du moment que sont TikTok et Huawei ne sont que précurseurs d’une course à l’armement technologique et scientifique qui fait déjà rage en coulisses.

Des coulisses qui débordent parfois sur l’actualité, comme la découverte récente d’un vol de données sensibles par des hackers chinois. Ceux-ci auraient travaillé pendant une décennie pour voler des informations à des entreprises et des instituts de recherches des États-Unis, mais également de 9 autres pays. Au-delà des informations sensibles interceptées, les hackers auraient également fourni à la Chine des mots de passe et identifiants de comptes de messagerie de plusieurs personnes.