En 2013, Edward Snowden avait dénoncé la surveillance de masse sur internet faite par la NSA américaine. Depuis, l’homme fait l’objet d’un mandat d’arrêt aux États-Unis et vit donc en Russie. Il pourrait encourir jusqu’à 30 ans de prison, mais c’était sans compter sur le revirement de situation engendré par Donald Trump.

Trump avait tweeté qu’Edward Snowden était « un espion » et avait promis de le « traiter durement »

L’objet du mandat d’arrêt émis à l’encontre d’Edward Snowden est la violation de l’Espionnage Act. En effet, l’ancien informaticien a rendu public des documents classifiés et donc secrets, sur la surveillance effectuée par les États-Unis. Ces documents évoquaient un large réseau de surveillance mis en place par le gouvernement américain et par le gouvernement britannique, ainsi que l’écoute téléphonique et l’enregistrement de données pratiqués par le gouvernement américain. Cette affaire avait été l’objet de nombreux débats aux États-Unis, et ailleurs. À tel point qu’aujourd’hui encore, les opinions sont partagées. Edward Snowden, lui, avait indiqué vouloir montrer au public ce qui était organisé et fait en silence.

Samedi, Donald Trump a déclaré : « Beaucoup de gens pensent qu’il devrait être traité différemment et d’autres gens pensent qu’il a fait de très mauvaises choses ». Il continue : « Je vais y jeter un oeil très sérieusement ». Ce qu’évoque le président américain ici, c’est une possible grâce concernant l’ancien employé du renseignement américain. Pourtant, jusqu’alors, le discours de Donald Trump était plutôt clair.

En 2014, Trump avait twitté que Snowden était un « espion » et qu’il devrait « être exécuté », cela avant d’évoquer le sujet, à nouveau, en 2016, à l’occasion de la campagne présidentielle. Il l’avait alors qualifié de « traître total » et prévoyait de « le traiter durement ».

Un changement radical d’opinion

Comme le relève Clubic, Trump a déclaré dans une interview : « Il y a beaucoup de gens qui pensent qu’il n’est pas traité de manière juste. Je veux bien entendre cela ». Si les motivations du président américain manquent de clarté, elles pourraient néanmoins permettre, à terme, à Edward Snowden de revenir aux États-Unis, pays qu’il a fui en 2014 pour se réfugier dans la capitale russe.

La décision de Donald Trump pourrait induire l’abandon de toutes les poursuites contre Snowden. Pour l’avocat de ce dernier, cette décision semble tout à fait normale car « il agissait non seulement dans l’intérêt des citoyens américains, mais aussi dans l’intérêt de toute l’humanité ». L’avocat a précisé que son client n’a jamais commis aucun crime. Et preuve que le programme qu’il a dénoncé puisse être controversé, la NSA a songé à y mettre un terme.