Apple va étendre son projet de certification pour les réparateurs tiers aux ordinateurs Mac, rapporte l’agence de presse Reuters. Un nouveau pas en avant pour la marque à la pomme, qui réservait auparavant ce programme aux iPhone uniquement.

Il faut dire que cette annonce tombe à point nommé. En effet, la sous-commission antitrust de la Chambre des représentants américaine étudie la façon de faire d’Apple par rapport au droit à la réparation. La firme de Cupertino est très sélective sur ce sujet, qui a d’ailleurs été abordé lors de l’audience antitrust des GAFA.

Il a ainsi fallu attendre septembre 2019 pour que l’entreprise certifie des magasins tiers pour la réparation d’iPhone, quelques mois après que les enseignes Best Buy aient également obtenu l’accord d’Apple. Ce programme leur permet ainsi d’avoir accès à des pièces authentiques de la marque et d’être formés pour effectuer les manipulations de manière adéquate sur les produits à réparer. Auparavant, seuls les fournisseurs de services autorisés étaient en mesure d’acheter de véritables pièces Apple.

Ce programme a récemment été étendu à 32 pays européens, dont la France, ainsi qu’au Canada. Si son succès a été retentissant puisque près de 140 entreprises comptant 700 sites se sont déjà inscrites, il ne concernait que les iPhone. Désormais, les iMac, MacBook Air et MacBook Pro vont également pouvoir être réparés par des magasins tiers. Jeff Williams, directeur des opérations chez Apple, explique la démarche de l’entreprise :

« Lorsqu’un appareil a besoin d’être réparé, nous voulons que les gens aient accès à une solution sûre et fiable. Cette dernière extension vient s’ajouter aux milliers de points de réparation que nous avons ajoutés au cours de l’année dernière. Nous sommes impatients d’apporter cette expérience de réparation pratique et fiable à nos utilisateurs de Mac ».

Cette nouvelle devrait satisfaire de nombreux consommateurs. Les ventes de Mac ont augmenté significativement le mois dernier, notamment pour répondre à la demande toujours plus importante de télétravail résultant de la pandémie de Covid-19. Apple fait ainsi d’une pierre deux coups : en plus de faciliter les choses pour ses utilisateurs, la firme de Cupertino envoie un message clair aux autorités qui lui reprochent son monopole et sa concurrence déloyale.