Le Covid-19 n’a pas seulement créé une urgence sanitaire mondiale, il a également créé une crise économique aussi majeure qu’inédite. Si les grandes entreprises ne sont pas épargnées, ce sont d’abord les petites et moyennes entreprises qui subissent les conséquences de cette pandémie de plein fouet.

Dans son rapport baptisé « L’état des lieux mondial des petites et moyennes entreprises » et créé en partenariat avec l’OCDE et la Banque mondiale, Facebook a interrogé plus de 30 000 dirigeants de petites entreprises dans plus de 50 pays différents afin de savoir comment se portaient les TPE-PME à l’heure du Covid-19. En France, ce sont 430 entreprises qui ont été sondées par le réseau social. Notons également que l’étude s’est faite en deux phases : le premier volet a été mené du 28 au 31 mai 2020 et le second a été mené entre le 24 et le 30 juin.

Des débuts difficiles pour les TPE-PME françaises

Le premier volet de l’étude a révélé que 58% des entreprises françaises interrogées ont constaté une baisse de leurs ventes par rapport à la même période l’année précédente. Elles ont également été 43% à considérer qu’elles rencontreraient des problèmes de trésorerie au cours des mois à venir. Un constat inquiétant, qui poussait alors à l’inquiétude : seulement 35% des TPE-PME opérationnelles en France se disaient « optimistes quant à l’avenir de leur entreprise« . La France se plaçait ainsi en troisième place du podium des pays les plus pessimistes quant à l’avenir de leurs entreprises, juste derrière le Japon (14%) et la Hongrie (26%).

En terme d’emploi, 14% des TPE-PME françaises interrogées affirmaient avoir dû réduire leurs effectifs à cause de la pandémie. Malgré tout, l’hexagone semble s’en tirait plutôt bien en comparaison des autres pays. En effet, la moyenne mondiale concernant la réduction d’effectifs était alors de 33%. Seuls les Pays-Bas faisaient légèrement mieux avec une baisse de « seulement » 13%. La Belgique, quant à elle, était à ex aequo avec la France. Enfin, les entreprises dirigées par des femmes semblaient manifestement plus touchées que celles détenues par des hommes.

Un regain d’optimisme semble toutefois s’opérer selon Facebook

Si les défis créés par le Covid-19 ne se sont pas effacés entre le mois de mai et le mois de juin, les TPE-PME semblent se montrer toutefois plus confiantes durant la seconde phase de l’étude menée par Facebook. En effet, lorsqu’elles ont été interrogées pour la deuxième fois, elles ont été 46% à se déclarer optimistes quant à l’avenir de leur entreprise (contre 35% en mai). Aussi, 52% des entreprises interrogées ont affirmé avoir réalisé moins de ventes que l’année précédente à la même période : le chiffre est encore élevé, même alarmant, mais c’est tout de même mois que les 58% enregistrés lors de la première phase de l’étude.

Résultat, le nombre d’entreprises qui s’attendent à rencontrer des difficultés financières à l’avenir est lui aussi très légèrement en baisse : 42% en juin, contre 43% en mai. Côté emploi, 10% des TPE-PME françaises déclarent avoir réduit leur nombre d’employés en conséquence de la pandémie de Covid-19 en juin, contre 14% en mai.

Enfin, les entreprises françaises dirigées par des femmes semblent être celles qui se remettent le mieux de la crise. En effet, selon les chiffres relevés par Facebook, 93% des TPE-PME françaises dirigées par des femmes se disent opérationnelles et affirment générer des revenus en juin, alors qu’elles n’étaient que 77% en mai. Du côté des entreprises dirigées par les hommes, elles sont 88% d’entre elles se disent opérationnelles en juin contre 85% le mois précédent.

Si ces chiffres sont encore effrayants et peuvent sembler de prime abord décourageants, on note néanmoins une légère amélioration d’un mois sur l’autre pour les entreprises françaises. C’est un bon signe : bien que confrontées à des défis inédits, les TPE-PME se montrent prêtes à les relever et leurs actions semblent porter leurs fruits, notamment grâce à la digitalisation de leurs commerces et la vente de leurs produits et services en ligne. Petit à petit, elles regagnent de la force et de l’optimiste pour affronter cette crise sans précédent.