TikTok a contourné une importante protection de la vie privée sur le système d’exploitation Android de Google afin de collecter les identifiants de millions d’appareils, révèle une enquête du Wall Street Journal. Grâce à ces données, le réseau social a pu suivre les activités en ligne des utilisateurs et ce, sans leur consentement ni même en leur laissant la possibilité de retirer ce tracking. Une pratique interdite par la politique de Google et qui ne va pas arranger l’image du réseau social chinois auprès des États-Unis.

TikTok collectait les adresses MAC des appareils Android

En 2015, l’App Store d’Apple et le Play Store de Google ont tout deux interdit la collecte d’adresses MAC. Pourtant, il semble que TikTok n’en ait fait qu’à sa tête. En profitant d’une faille Android, l’application a continué à collecter cet identifiant unique à chaque appareil pendant près de 18 mois. Une pratique formellement interdite par la politique de Google et à laquelle le réseau social chinois aurait mis fin le 18 novembre 2019 à travers une mise à jour. Pour rappel, les adresses MAC sont particulièrement utiles à des fins publicitaires puisqu’elles ne peuvent être ni modifiées, ni réinitialisées. Elles permettent ainsi de dresser des profils de comportement des consommateurs qui persistent malgré toute mesure de protection de la vie privée.

Interrogé sur cette question, TikTok a souligné avoir mis fin à cette pratique : « Nous mettons constamment à jour notre application pour suivre l’évolution des défis de sécurité, et la version actuelle de TikTok ne collecte pas les adresses MAC. Nous encourageons toujours nos utilisateurs à télécharger la version la plus récente de TikTok ».

Interrogé, TikTok a souligné qu’il avait mis fin à cette pratique. « Nous mettons constamment à jour notre application pour suivre l’évolution des défis de sécurité, et la version actuelle de TikTok ne collecte pas les adresses MAC », a déclaré un représentant. « Nous encourageons toujours nos utilisateurs à télécharger la version la plus récente de TikTok ».

Une pratique découverte à un moment charnière

La révélation de cette pratique tombe au mauvais moment pour TikTok puisque l’application est est actuellement menacée d’être bannie des États-Unis. En effet, l’administration Trump accuse le réseau social d’être un outil d’espionnage pour le gouvernement chinois et s’inquiète ainsi de la collecte des données des utilisateurs américains.

Si TikTok fait tout son possible pour montrer sa bonne foi, notamment en acceptant de vendre ses activités aux États-Unis à une firme américaine, le réseau social vient de se tirer une véritable balle dans le pied en donnant à ses opposants un argument de taille en terme de violation de données personnelles. Reste à savoir si cette nouvelle compliquera encore davantage son rachat par Microsoft… Affaire à suivre.