Dans un billet de blog publié le 11 août 2020, Google dévoile comment elle souhaite transformer ses téléphones Android en détecteurs de séismes. Grâce à ce système, la firme veut être en mesure de prévenir les détenteurs de smartphones quelques secondes avant que les secousses ne soient ressenties.

Le dispositif est premièrement déployé en Californie

Comme l’explique la firme de Mountain View, « des centaines de millions de personnes vivent dans des régions sujettes aux tremblements de terre » dans le monde. Nombre d’entre elles ne sont toutefois pas dotées de systèmes de prévention pour ces catastrophes naturelles, qui sont particulièrement coûteux. Google ambitionne d’apporter une solution à ce problème d’envergure en plusieurs étapes.

Elle s’est associée à l’Institut d’études géologiques des États-Unis ainsi qu’au Bureau californien des services d’urgence pour envoyer des alertes aux personnes habitant en Californie en cas de séisme. L’État est en effet très à risque, étant situé au niveau de la faille de San Andreas. Les notifications sont générées par ShakeAlert, un système basé sur plus de 700 sismomètres.

L’accéléromètre du smartphone, un mini sismomètre

Google souhaite néanmoins aller beaucoup plus loin. L’entreprise a ainsi détaillé l’Android Earthquake Alerts System. Celui-ci consiste à analyser les données de l’accéléromètre présent dans les smartphones Android, qui détecte si l’appareil est tourné ou non, pour repérer s’il vibre en conséquence d’un séisme. Ce dispositif est capable de détecter les ondes les plus rapides et les moins violentes (ondes primaires) qui sont le premier signe d’un tremblement de terre. Si un nombre important de smartphones viennent à les détecter, alors cela signifie probablement que des ondes plus lentes et plus puissantes (ondes secondaires) sont sur le point d’arriver. ce qui laisse le temps à Google d’envoyer une notification aux utilisateurs d’Android :

« Le serveur combine les informations provenant de plusieurs téléphones pour déterminer si un tremblement de terre est en train de se produire. Il s’agit essentiellement d’une course entre la vitesse de la lumière (qui est en gros la vitesse à laquelle les signaux d’un téléphone voyagent) et la vitesse d’un tremblement de terre. Et heureusement pour nous, la vitesse de la lumière est beaucoup plus rapide ! »

Ce système sera toutefois moins efficace pour les personnes se trouvant à proximité de l’épicentre, puisqu’elles subiront les secousses beaucoup plus rapidement que celles qui en sont plus éloignées. Ces dernières auront ainsi le temps de se mettre à l’abri. Grâce à ce dispositif, Google veut fournir des informations vérifiées et pertinentes sur Search lorsque les internautes recherchent « séisme près de moi ». Elle prévoit également de déployer son système de notification dans le reste du monde : cela ferait de l’Android Earthquake Alerts System le plus grande dispositif de détection de séismes de la planète.

De grandes avancées sont possibles

Cette nouvelle fonctionnalité sera mise en place grâce au Google Mobile Services sur les appareils Android 5.0 et au-dessus, aucune mise à jour ne sera donc nécessaire. Il sera possible de la désactiver dans les paramètres de localisation du smartphone, mais Google affirme que les données issues d’un accéléromètre ne seront pas associées au détenteur du smartphone.

Comme le note The Verge, Google espère, à terme, concevoir une interface de programmation d’application (API), Apple serait ainsi en mesure de développer son propre système. Surtout, cette API pourrait servir à de très nombreux domaines pour éviter les dégâts majeurs. Par exemple, les ascenseurs pourraient s’arrêter, les avions pourraient repousser leur atterrissage et les trains pourraient freiner en cas d’arrivée imminente de secousses.