Le futur est en route, et le New Hampshire aux États-Unis compte bien arriver en première position de la course à la voiture volante. Pour cela, un nouveau projet de loi légiférant sur la circulation des voitures volantes au sein du territoire a été signé par le gouverneur de l’État, Chris Sununu, révèle Cnet.

Le New Hampshire établit un cadre légal pour les voitures volantes

Ce projet de loi permet la création d’une commission spéciale, dont l’objectif principal est d’étudier les voitures volantes et de réguler leur circulation au sein de l’État du New Hampshire. Ils devront ainsi mettre en place un cadre légal pour les inspections, les accidents ou encore les immatriculations de ces véhicules capables de voler dans les airs et de rouler sur la terre ferme.

Dès à présent, le texte stipule que « toutes les voitures volantes seront tenues de décoller et d’atterrir sur une piste d’atterrissage appropriée – et il leur sera interdit de décoller et d’atterrir à partir d’une voie publique, sauf en cas d’urgence« .

Si l’annonce peut-être enthousiasmante, il est toutefois important de garder la tête sur les épaules et les pieds sur terre : ce projet de loi ne signifie pas que les voitures volantes seront une réalité dans les semaines à venir, mais seulement que le New Hampshire admet leur éventuelle et hypothétique arrivée sur le marché, un jour ou l’autre.

Ainsi, comme l’a déclaré Sherman Packard, un représentant de l’État et parrain de ce projet, à l’heure actuelle, « rien de concret n’a été prévu afin de permettre à ce type de véhicules de circuler sur la route« .

À quoi ressemblent les voitures volantes ?

Bien loin des scénarios de science-fiction, les voitures volantes telles qu’elles existent aujourd’hui se définissent par des véhicules hybrides, capables aussi bien de voler que de rouler. Pour Keith Ammon, un ancien représentant de l’État du New Hampshire, elles peuvent être vues comme des avions qui atterrissent de façon occasionnelle, plutôt que comme des voitures pouvant décoller dans le ciel. La nuance est importante.

Plusieurs sociétés se sont penchées sur le sujet, et c’est notamment le cas de Porsche et Boeing qui collaborent ensemble pour fabriquer ce type de véhicules. C’est également le cas de Hyundai qui, en 2019, a débauché un ex-ingénieur de la NASA pour diriger la division “voitures volantes” de la marque.

En ce qui concerne le New Hampshire, deux sociétés spécialisées dans les véhicules volants ont déjà posé leurs bagages au sein de l’État. Il s’agit de Terrafugia, une firme originaire de Chine, et de la société néerlandaise PAL-V.