Une vidéo dans laquelle Donald Trump explique que les enfants sont quasiment totalement immunisés contre le Coronavirus pose problème à Twitter et Facebook. En effet, celle-ci enfreint leurs règlements respectifs en matière de désinformation, et c’est pourquoi les deux réseaux sociaux ont décidé d’agir en prenant des mesures fortes. De quoi remettre de l’huile sur le feu, en particulier pour Twitter contre qui Trump bataille très régulièrement.

Twitter et Facebook se positionnent contre les propos de Donald Trump

Facebook a décidé de retirer cette vidéo de la page publique de Donald Trump. Jusqu’à présent, il était reproché au réseau social de Mark Zuckerberg de ne pas suffisamment réagir face au président des États-Unis. Cela avait même poussé des employés à organiser une manifestation virtuelle, contre la non-prise de position de Facebook.

Cette décision, comme l’a indiqué un porte-parole du réseau social, s’inscrit dans la politique de lutte contre la désinformation de la plateforme : « Cette vidéo inclut des fausses affirmations, selon lesquelles un certain groupe de personnes ne sont pas susceptibles d’attraper le Covid-19, ce qui enfreint notre règlement sur la désinformation dangereuse autour de la maladie ».

Twitter, pour sa part, a réagi de manière différente en bloquant le fonctionnement du compte @TeamTrump. Pour que l’activité reprenne, la condition du réseau social est que la vidéo soit retirée par les équipes de Trump. Le porte-parole du réseau social à l’oiseau bleu a précisé : « Le tweet enfreint les règles de Twitter sur la désinformation autour du Covid-19. Le propriétaire du compte doit retirer le tweet avant de pouvoir tweeter à nouveau ». Cette prise de position est nouvelle pour le réseau social, il avait jusque-là pris l’habitude d’apposer aux tweets douteux de Trump la mention de « média manipulé ».

La fin d’une souplesse trop importante chez Facebook ?

Jusqu’alors, jamais Facebook n’avait directement censuré un contenu publié par Trump comme le relève Le Monde. La plateforme avait ajouté des notes d’information à des publications, mais jamais n’avait supprimé de contenu. Cette mesure inédite résulte de la promesse de Facebook d’être intransigeant vis-à-vis des fake news sur le Covid-19. Après avoir établi sa politique sur le sujet, celle-ci avait d’ailleurs été renforcée un mois plus tard pour être plus rude encore.

Reste maintenant à savoir si le réseau social appartenant au groupe de Mark Zuckerberg s’engagera sur d’autres terrains, notamment celui des publicités politiques qui restent autorisées sur la plateforme. En début d’année, Facebook assurait ne pas les interdire, et finalement nous avons récemment appris que cela pourrait être un projet pour les prochaines élections présidentielles américaines.