Nouvel épisode dans la saga TikTok. Après avoir refusé que Microsoft ne rachète l’application chinoise, Donald Trump voudrait désormais que le Trésor américain touche une importante somme issue de la transaction. Une demande illégale qui ne fait qu’empirer les relations entre la Chine et les États-Unis.

Une requête (très) particulière

Soupçonnée par les autorités américaines de servir d’outil d’espionnage à la Chine, TikTok pourrait être interdite aux États-Unis. Trump a confirmé cette rumeur le 31 juillet 2020, alors que l’on apprenait que Microsoft était en pourparlers avec ByteDance, la maison-mère de TikTok, pour le rachat de l’application.

Si le président a tout d’abord refusé ce deal, il a changé d’avis après un entretien avec Satya Nadella, le PDG de Microsoft. Trump a ainsi exigé qu’un accord soit trouvé avant le 15 septembre au risque de mettre ses menaces à exécution et de bannir TikTok sur le territoire américain. Ce retournement de situation a notamment été encouragé par des membres du parti républicain : l’interdiction de l’application chinoise pourrait en effet créer un vent d’hostilité chez les jeunes électeurs à l’encontre du président, à seulement quelques mois des élections.

D’après plusieurs médias, Trump ne s’est pas arrêté là et a eu une autre requête auprès de Microsoft. Il espère que son gouvernement tire profit de la transaction en touchant une somme issue de cette dernière :

« Les États-Unis devraient obtenir un pourcentage très important de ce prix, parce que nous rendons cela possible. Cela viendrait de la vente, à laquelle personne d’autre que moi n’a pensé, mais c’est ma façon de penser, et je pense que c’est très juste ».

La tension monte

Interrogée par la BBC, Charlotte Jee du MIT Technology Review compare cette demande à une pratique mafieuse :

« Je déteste dire cela, mais c’est un comportement presque mafieux – menacer d’une interdiction pour faire baisser le prix, puis dire « oh, nous devrions obtenir une part de cet accord après pour dire merci pour ce que nous avons fait là-bas » ».

En effet, le gouvernement n’a normalement pas le droit d’obtenir de l’argent issu d’une transaction commerciale entre deux entreprises privées. Cette annonce a également fait réagir du côté de la Chine. Le média China Daily, propriété du gouvernement, a déclaré que le pays ne tolérerait pas le « vol » d’une entreprise technologique par les États-Unis.

On ne connaît pas encore le montant de la transaction mais selon Reuters, il pourrait s’élever à plus de 50 milliards de dollars. Par ailleurs, les autorités américaines en aurait après d’autres applications chinoises à l’image de WeChat. Les tensions entre les deux pays connaissent une forte escalade ces dernières semaines. En cause notamment, la pandémie de Covid-19 ainsi que la situation de Hong Kong.