Depuis plusieurs semaines, de nombreuses entreprises telles que Spotify, Match Group ou encore Epic Games, reprochent à Apple les pratiques anticoncurrentielles de son App Store. Aujourd’hui, nous apprenons qu’Airbnb s’ajoute à la (longue) liste des plaignants. De fait, la firme spécialisée dans les locations saisonnières entre particuliers aurait partagé ses inquiétudes au sujet de l’App Store avec les législateurs américains faisant partie de la sous-commission chargée de l’enquête antitrust dirigée à l’encontre des GAFA.

Airbnb a enfreint la politique de l’App Store ces dernières semaines

En raison de la pandémie de la Covid-19 et des mesures de confinement imposées dans de nombreuses régions du monde, Airbnb a pris le parti de vendre des cours à distance à ses utilisateurs. Un changement d’activité qui n’a pas vraiment plu à Apple qui souhaite désormais imposer une commission de 30% à l’application de réservation de locations saisonnières.

Cette commission correspond en réalité à une taxe sur les achats intégrés aux applications et mise en place sur l’App Store depuis 2010. Jusqu’à présent, Airbnb y échappait, mais en ayant développé son offre sur les expériences en ligne, la firme se trouve désormais dans l’obligation de s’y plier. Apple précise d’ailleurs qu’exonérer Airbnb de cette commission serait injuste face aux autres applications qui paient les 30% de commission depuis des années.

Airbnb n’est pas la seule application à être dans le viseur d’Apple pour un cas similaire. C’est également le cas pour ClassPass, une application qui permet habituellement de réserver des cours de sport et qui, durant le confinement, a également vendu des cours en ligne à ses utilisateurs.

Apple interrogé sur ses pratiques

Tout comme le PDG de Microsoft, Airbnb ne cache pas avoir échangé avec les législateurs américains au sujet des pratiques anticoncurrentielles de d’App Store. Désormais c’est Tim Cook, PDG d’Apple, qui devra répondre de ces accusations devant le Congrès américain. L’homme, dont on connaît par ailleurs déjà la ligne de défense, devra notamment fournir des explications sur cette fameuse taxe de 30%, mais aussi convaincre les législateurs que son entreprise ne s’adonne à aucune pratique rendant la concurrence impossible face à ses produits.

Au sujet des critiques qui lui sont faites, Apple a indiqué : « Pour s’assurer que chaque développeur peut créer et développer une entreprise prospère, Apple maintient un ensemble de directives claires et cohérentes qui s’appliquent de la même façon à tout le monde ».

Dans le cas précis d’Airbnb, Apple dispose d’un avantage puisqu’il ne propose aucun service similaire. En revanche, en ce qui concerne les accusations des autres entreprises, celles-ci pourraient être bien plus difficiles à contester. Sans aucun doute, le Congrès saura trancher et donner un sort à ce nouveau dossier.