L’Union européenne (UE) a demandé à Google de faire de nouvelles concessions concernant son acquisition de Fitbit. Alors que la firme de Mountain View était déjà sur le point de signer un accord l’empêchant de se servir des données récoltées pour faire de la publicité, il lui est désormais demandé de ne pas les utiliser non plus pour « renforcer son avantage sur le search« , rapporte Arstechnica.

Pourquoi l’acquisition de Fitbit inquiète-t-elle l’Union européenne

En novembre 2019, Google officialisait son rachat de Fitbit pour 2,1 milliards de dollars. Une acquisition qui a rapidement été surveillée de près par les États-Unis, mais aussi par l’Europe. Pour cause, différents groupes de consommateurs et différentes autorités de réglementation de la concurrence s’inquiètent de l’utilisation que Google fera des données récoltées par les montres Fitbit. De fait, ces données pourraient renforcer encore davantage la position de dominance du géant de Mountain View.

Dans la même catégorie

Google sommé de renoncer aux utilisations des données récoltées

Face à cette situation, Google a accepté de signer un accord stipulant que les données récoltées par Fitbit ne seraient pas utilisées à des fins publicitaires. Pas suffisant selon les régulateurs de l’Union européenne qui exigent désormais que le géant d’internet s’engage à ne pas les utiliser non plus pour améliorer son search. En prime, ils demandent également à ce que la firme de Mountain View accorde un accès égal à ces informations à des tiers.

Des sources proches de la situation ont indiqué que si Google refuse de se conformer à ces nouvelles exigences, alors il serait probablement visé par une enquête prolongée. Et pour cause, un refus d’obtempérer de la part du géant affaiblirait encore davantage la position de l’institution européenne qui a récemment perdu une affaire contre Apple.

De son côté, Google a refusé de commenter ces nouvelles exigences mais a réaffirmé sa position quant à l’utilisation des données Fitbit en déclarant :

« Tout au long de ce processus, nous avons clairement indiqué notre engagement à ne pas utiliser les données Fitbit sur la santé et le bien-être pour des publicités Google. Il est de notre responsabilité de fournir aux gens le choix et le contrôle de leurs données. Comme pour nos autres produits, avec les wearables, nous serons transparents sur les données que nous recueillons. Nous ne vendons de renseignements personnels à personne. »