Les entreprises qui fabriquent des drones armés vont se réjouir de cette nouvelle annonce du gouvernement américain. L’administration Trump vient d’assouplir les lois en vigueur dans le pays pour permettre aux fabricants de drones militaires d’exporter davantage.

Trump facilite l’exportation des drones militaires

C’est un changement de politique qui était très attendu sur le sol américain. L’assouplissement des règles en matière de ventes de drones militaires doit permettre de stimuler la vente de systèmes armés tels que le Predator, le MQ-25 Stingray de Boeing ou encore le Reaper, deux drones américains célèbres, à des gouvernements étrangers. Le 24 juillet, le gouvernement américain a usé de son pouvoir discrétionnaire national pour mettre à jour la politique d’exportation des drones militaires. Jusqu’à présent, la politique américaine visait plutôt à limiter la vente des drones militaires vers les pays étrangers.

Dans sa déclaration, la Maison Blanche affirme qu’il y a une urgence nécessité de moderniser le régime de contrôle de la technologie des missiles. L’assouplissement des lois en vigueur permet à 35 pays partenaires de profiter des technologies américaines. Après deux années de négociations infructueuses, Donald Trump a finalement décidé de prendre cette mesure de manière unilatérale. Selon le secrétaire d’État adjoint aux affaires politico-militaires, Clarke Cooper :

Cette mesure doit renforcer la sécurité nationale des États-Unis et permettre d’améliorer les capacités des pays partenaires. Précisons néanmoins que toutes les ventes potentielles de drones militaires seront évaluées au cas par cas”.

L’un des mois les plus rentables de l’histoire des États-Unis

Depuis plusieurs années, l’administration Trump tente de trouver des moyens d’améliorer l’exportation des armes fabriquées aux États-Unis. Il s’agit d’une source de recettes importante pour le pays. Ce mois de juillet 2020 est en passe de devenir le deuxième mois le plus important de l’histoire du pays en matière de ventes militaires à des pays étrangers. En tout, les États-Unis ont accumulé en un mois seulement, plus de 32 milliards de dollars de ventes d’armes.

Cette mesure ne plaît pas à tout le monde. Le sénateur Bob Menendez, un démocrate particulièrement engagé dans les relations avec les pays étrangers, a critiqué cet assouplissement des contrôles sur les exportations de drones militaires. Comme si cela ne suffisait pas, de son côté, le sénateur Jim Risch, président de la commission sénatoriale des relations étrangères, en demande encore plus. Il aimerait que des mesures supplémentaires soient prises pour faciliter l’exportation des drones militaires. Son souhait serait que les drones militaires soient considérés comme des “avions de combat”.