Dans l’objectif d’atteindre une forme de suprématie dans le domaine de l’informatique quantique, les États-Unis sont prêts à tout. Le ministère de l’Énergie du pays vient justement de dévoiler sa stratégie qui vise à développer un prototype d’Internet quantique national.

Une feuille de route pour développer un Internet quantique national

Dans ce plan sur 10 ans, on note que 17 laboratoires nationaux détenus par le ministère serviraient de “colonne vertébrale” pour développer ce fameux réseau d’Internet quantique national. Donald Trump avait déjà fait connaître sa volonté de développer l’informatique quantique et de positionner les États-Unis comme l’acteur majeur de cette technologie si prometteuse. En avril 2020, le président américain disait déjà vouloir augmenter de 20% le budget de la recherche pour l’informatique quantique au détriment d’autres domaines de recherche.

Au-delà de la recherche, c’est carrément un réseau que souhaite bâtir le ministère de l’Énergie. Les chercheurs qui travaillent sur le sujet ont vérifié que les protocoles quantiques sécurisés pourraient fonctionner sur les réseaux actuels de fibres optiques. À travers ce réseau déjà établi, un Internet quantique national desservira les villes et les campus scolaires d’ici quelques années aux Éétats-Unis. Ce réseau utilisera des répéteurs quantiques pour amplifier les signaux et permettre les transmissions entre les villes, pour atteindre l’objectif ultime de transmission de données entre les États.

Un projet gouvernemental dans un premier temps

Le financement de ce nouveau réseau proviendra en grande partie du budget consacré à la National Quantum Initiative. La somme de 1,3 milliard de dollars a été avancée par le ministère pour bâtir un Internet quantique national et permettre aux États-Unis de devancer ses concurrents technologiques. L’administration Trump et Pékin s’affrontent dans une bataille technologique sans merci depuis l’arrivée du président américain. La Maison Blanche avait déjà fait savoir qu’elle prévoyait de doubler son budget pour l’intelligence artificielle et l’informatique quantique.

L’Argonne National Laboratory et l’Université de Chicago ont déjà commencé à construire une partie de ce réseau quantique grâce à des fibres inutilisées. Une ligne de 83 kilomètres est déjà en service et pourrait même atteindre les 130 kilomètres quand le Fermi National Accelerator Laboratory sera connecté au système. Selon une récente étude de McKinsey, l’informatique quantique pourrait peser 1 000 milliards de dollars en 2035.

Ce réseau d’Internet quantique national permettrait notamment aux États-Unis de gagner en cybersécurité. De par sa nature, un réseau quantique est extrêmement sûr. Ses données sont quasiment impossibles à intercepter. Il pourrait également accélérer la recherche dans de nombreux domaines. C’est un pari ambitieux mais qui peut rapporter gros au pays. Dans un premier temps, ce réseau ne sera qu’un projet de recherche gouvernemental mais laisse tout de même entrevoir un avenir où nous surferons sur l’informatique quantique.