Le réseau social détenu par la maison mère chinoise ByteDance a promis d’embaucher 10 000 salariés pour consolider sa croissance. Oui mais voilà, TikTok ne compte pas s’y prendre de n’importe quelle manière pour parvenir à ses fins. Le réseau social fait tout pour attirer les employés de Google et de Facebook afin d’alimenter ses plans d’expansion.

Les employés de la tech se laissent séduire

Alors que le réseau social est menacé par l’administration Trump qui promet de l’interdire dans les semaines à venir, sa politique de recrutement ne semble pas être affectée plus que cela. TikTok ne relâche pas la pression et décide même de déployer des méthodes agressives pour consolider sa croissance. L’entreprise prévoit même d’embaucher 10 000 personnes supplémentaires au cours des trois prochaines années. Plusieurs dizaines d’employés de Google et de Facebook, dont plusieurs cadres de haut rang, ont déjà été embauchés.

À ce jour, nous savons que TikTok emploie déjà 172 ex-Googlers et 165 ex-Facebookers, selon une étude fournie par LinkedIn. Aux États-Unis, c’est proportionnel : TikTok emploie 79 personnes qui travaillaient chez Google et 79 autres qui travaillaient chez Facebook. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un phénomène assez récent. La popularité de TikTok séduit de plus en plus d’employés des géants du web. Ce qui n’est pas pour déplaire à TikTok qui compte bien capitaliser sur leurs compétences et leurs connaissances du marché des réseaux sociaux et du web de manière générale.

Des cadres emblématiques sont passés chez TikTok

Plusieurs recrutements de “personnalités” ont déjà fait du bruit. On pense notamment à Blake Chandlee, l’ancien directeur des partenariats mondiaux chez Facebook. Il a quitté Facebook en janvier 2020 pour devenir directeur commercial chez TikTok dont le siège est basé à New York. On pense également à Chen-Lin Lee, un ancien employé de Facebook restée neuf ans aux côtés de Mark Zuckerberg. Il est maintenant directeur des partenariats chez TikTok à Mountain View, non loin des bureaux de Google. Il était justement passé par Google avant de travailler chez Facebook.

Kim Louie était responsable du recrutement chez Facebook jusqu’en mars 2020. Elle est aujourd’hui responsable de l’acquisition des talents chez TikTok. Elle aussi était passée par Google avant d’entrer chez Facebook. Des exemples comme ceux-là, il y en a des dizaines. C’est une véritable tendance, les employés de la tech se laissent séduire par le nouveau réseau social du moment. En Europe nous observons également la même dynamique. Trevor Johnson, après 11 années chez Facebook, a rejoint TikTok en tant que responsable du marketing pour la zone européenne.

Des salaries alléchants pour ne pas se rater

TikTok entre dans une nouvelle phase cruciale, celle de la monétisation. En France, cinq formules ont par exemple été proposées aux annonceurs. Chacun sa particularité et son impact, mais certains spécialistes estiment que :

“TikTok est à ce moment crucial où il doit s’ouvrir commercialement au monde des marques. Le réseau a donc besoin de personnes qui peuvent mettre en œuvre cette nouvelle vision qui permettra à TikTok d’avancer. En se dotant de personnes qui comprennent les problématiques liées à la vie privée des utilisateurs, les dirigeants de TikTok s’assurent de passer au mieux cette épreuve dans un futur proche”.

Notons également que TikTok a embauché 57 personnes qui travaillaient chez Amazon et 40 qui travaillaient chez Apple, selon LinkedIn. Cette étude montre également que TikTok propose de gros salaires. L’entreprise est prête à payer un ingénieur en intelligence artificielle 220 000 euros par an selon un ingénieur qui affirme avoir été approché par l’entreprise.