L’agence dont il est question s’appelle Sabre. Il s’agit de l’entreprise qui détient le plus de données « de voyage » au monde. Un récent rapport de Forbes nous apprend que le FBI collabore avec cette entreprise afin de surveiller ses suspects, parfois même en temps réel.

Le FBI peut suivre un fugitif en temps réel

L’agence de voyage Sabre détient des millions de données qui servent de base aux services de réservation, de vols et de chambres d’hôtels. Vous savez, c’est grâce à ce genre d’entreprise que nous pouvons comparer en temps réel les prix des billets d’avion pour acheter le moins cher possible. Sabre collabore dans l’ombre avec le FBI pour lui permettre de surveiller ses suspects. Une pratique rendue légale grâce à un texte de loi datant du XVIIIe siècle. On se rappelle par exemple que Facebook a récemment aidé le FBI à arrêter le prédateur sexuel Buster Hernandez.

Dans la même catégorie

Après avoir utilisé illégalement les photos des permis des américains, Forbes a découvert qu’en 2019, le FBI aurait demandé à Sabre d’effectuer une surveillance poussée, « en temps réel » d’un fugitif indien, Deepanshu Kher, pendant plus de six mois. L’entreprise devait suivre tous ses faits et gestes. Cela comportait évidemment les voyages qu’il pouvait effectuer, des transactions financières ou des réservations dans des hôtels. Deepanshu Kher a finalement été arrêté en janvier 2020. Il est aujourd’hui prison.

Le All Writs Act de 1789 ne serait-il pas un peu dépassé ?

En réalité, Sabre n’est pas la seule agence de voyage à collaborer avec le FBI. L’espagnol Amadeus (pourtant soumis au RGPD) et le britannique Travelport sont également de mèche avec « le Bureau ». En revanche, c’est bien avec Sabre que le FBI travaille le plus souvent, et cela ne date pas d’hier. Nous savons par exemple que l’entreprise a aidé les États-Unis à reconstituer le parcours des terroristes du 11 septembre après leur attaque. Dans ce cas précis ce n’est pas choquant, mais savoir que le FBI peut traquer des suspects grâce à une entreprise privée nous laisse perplexe.

C’est grâce au All Writs Act de 1789 que le FBI peut faire cela en toute légalité. Ce texte dit clairement que les fédéraux peuvent forcer des entreprises à collaborer. Parfois, l’entreprise est même réduite au silence, ce qui empêche de comprendre précisément dans quelles mesures nos données personnelles peuvent être utilisées. Pourtant nous savons qu’une entreprise comme Sabre brasse énormément de données. Si les intentions des services fédéraux sont probablement bonnes, ce vieux texte de loi et le manque de transparence dans les données recueillies pourraient faire beaucoup de bruit.