Concevoir une caméra miniature si compacte et légère, qu’elle peut être portée par un insecte sans entraver ses mouvements et ses capacités de déplacement. C’était l’objectif d’une équipe de chercheurs de l’université de Washington. Un objectif atteint grâce à une caméra de 250 milligrammes seulement, qui devrait permettre aux chercheurs de découvrir le monde avec le point de vue d’un humble scarabée… ou plutôt de deux scarabées d’espèces différentes. L’un de ces deux spécimens, appartenant à la famille des Ténébrionides, est capable de porter une charge de plus d’un demi gramme tout en grimpant à un arbre, note Gizmodo.

Les caméras de smartphones trop grosses et trop lourdes pour tenir sur le dos d’un insecte

De part ses dimensions infimes, la caméra miniature utilisée par les chercheurs est loin de proposer ne serait-ce que la qualité d’image d’un iPhone de première génération, lancé il y a 13 ans. Cette dernière a été conçu avec pour inspiration la vision d’une mouche, essentiellement basée sur le mouvement et le champ de vision, avec certaines zones seulement perçues de manière très fine. Une manière pour la nature de réduire au maximum la capacité de traitement demandée au minuscule cerveau d’une mouche.

Dans la même catégorie

S’inspirer de ce modèle aura permis aux chercheurs de l’université de Washington de créer une caméra extrêmement économe en énergie, capable de ne pas épuiser trop rapidement l’autonomie restreinte offerte par la minuscule batterie, également embarquée sur le dos de l’insecte. Cette caméra se limite ainsi à une captation limitée entre 1 et 5 images par seconde, mais avec une lentille capable de pivoter sur 60 degrés. L’idée étant ici de permettre à l’opérateur de générer ponctuellement un panorama en meilleure résolution.

L’image captée est naturellement en noir et blanc, et de qualité toute relative, mais suffira pour laisser aux scientifiques le soin de découvrir des facettes inconnues de l’existence des scarabées ou de leurs structures sociales. La vidéo ci-dessous nous donne une idée du résultat final.

D’un point de vue plus pratique, la caméra est doublée d’un émetteur capable de transmettre en direct les images perçues jusqu’à 120 mètres de distance — et pendant un maximum de 2 heures en continu. Pour améliorer cette autonomie, les chercheurs ont ajouté un accéléromètre au dispositif, afin de ne déclencher la caméra et d’émettre un flux vidéo que lorsque le scarabée est en mouvement. L’autonomie passe ainsi à plus de 6 heures, apprend-on.

Conscient du potentiel que son expérience peut représenter à des fins d’espionnage, l’équipe de l’université de Washington a décidé de rendre ses recherches publiques, plutôt que d’en transmettre secrètement le fruit à l’armée ou à une quelconque agence de l’État.