Si les pays de l’Union européenne veulent taxer les géants du numérique avec cette fameuse taxe GAFA, les États-Unis, pays où la plupart de ces sociétés ont leur siège, ne comptent pas se laisser faire. L’administration Trump vient de faire connaître les sanctions qui attendent la France si aucun accord n’est trouvé avant la fin de l’année : des frais de douane supplémentaires de 25% sur certains produits représentant un surcoût de 1,3 milliard dollars pour la France.

Le gouvernement Trump a annoncé des sanctions pour contrer la taxe GAFA

Ces sanctions définies par le gouvernement américain sont surtout là pour dissuader la France de continuer à vouloir imposer sa taxe GAFA. Elles sont suspendues jusqu’à la fin de l’année 2020, en attendant qu’un accord soit trouvé, ou pas. Le 10 juillet, les États-Unis ont précisé les produits concernés par les 25% de frais de douane supplémentaires si un compromis entre les deux pays n’était pas trouvé.

Nous pouvons souffler, le champagne et le fromage sont épargnés. En revanche, de nombreux produits sont tout de même concernés : les produits cosmétiques, et les sacs à main notamment. C’est plutôt une bonne surprise finalement. En tout cas, c’est moins pire que ce qui était annoncé. Donald Trump souhaitait dans un premier temps appliquer des droits de douane à 100% sur certains produits français. Nous en sommes très loin.

Les autorités américaines font preuve de diplomatie et laissent quelques mois à la France pour tenter de trouver un accord et éviter de devoir subir ces frais de douane supplémentaires. La France, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Espagne proposent déjà de limiter les contours de cette taxe GAFA, suite aux menaces américaines.

Les relations diplomatiques entre les États-Unis et la France pourraient se tendre

Robert Lighthizer, représentant américain au commerce a rappelé que :

« L’annonce des sanctions outre-Atlantique constitue la réponse à l’adoption par la France d’une « taxe GAFA », portant sur les services numériques qui cible injustement les entreprises de technologie numérique américaines ». 

Malgré la détermination de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, la taxe GAFA n’est toujours pas officiellement appliquée en France. Notre administration préfère donner une chance aux négociations menées à l’OCDE, ralenties par la crise du Covid-19. Le début de l’année 2021 pourrait être très tendu entre la France et les États-Unis. Néanmoins, comme les élections présidentielles américaines seront passées, la donne pourrait changer si Donald Trump n’est pas réélu.