Aujourd’hui, Nokia, Huawei et Ericsson se présentent comme les principaux fournisseurs pour les opérateurs mobiles passant à la 5G. Un problème de dépendance commence à faire surface alors que Huawei est malmenée un peu partout dans le monde. Ceux qui sont engagés avec un fournisseur peuvent difficilement s’en détacher. De plus, cette situation entraîne un choix réduit pour les opérateurs du monde entier. Pour rassurer, une seule possibilité : faire évoluer son offre. C’est ce qu’a fait Nokia en devenant le premier des trois à proposer des interfaces ouvertes dans ses équipements.

Un argument supplémentaire pour l’entreprise finlandaise, alors que ses prospects ont tendance à lui préférer son concurrent. En effet, Ericsson compte déjà 97 contrats pour lancer des réseaux 5G commerciaux, contre 73 pour Nokia. En changeant son fusil d’épaule, l’entreprise pourrait devenir un renfort important dans la construction de certains réseaux.

Les technologies télécom dites « ouvertes » sont également appelées Open RAN pour Open Radio Access Network. Cela vise à rendre son matériel opérable avec celui d’autres fournisseurs, ce qui donne de larges possibilités pour l’opérateur dans le choix des équipements. Il est encore rare que les entreprises fassent ce choix-là, car elles préfèrent devenir un partenaire privilégié, et que ces opérateurs développent très souvent des modèles qui leur sont propres.

L’opérateur le plus avancé sur le sujet est très certainement Rakuten. Son avantage a été de partir de zéro, mais ce qui a été imaginé il y a déjà plus d’un an inspire le reste du monde encore aujourd’hui. L’entreprise japonaise a fait le choix de se tourner vers un grand nombre de fournisseurs pour ses équipements, en s’attachant à rendre toute son architecture ouverte côté logiciel. « Presque toutes les semaines, nous accueillons des opérateurs de télécommunications et nous parlons de synergies. Notamment sur la façon dont certains d’entre eux pourraient tirer parti des technologies que nous avons créées, ou sur la forme que pourrait prendre un partenariat, » nous expliquait Tareq Amin, le CTO de Rakuten.

C’est d’ailleurs avec Nokia, mais aussi Cisco, Intel, Altiostar, OKI, Fujitsu, Ciena, Netcracker, Qualcomm, Mavenir, Quanta, Sercomm, Allot, Innoeye, ou encore Viavi que le réseau 4G, puis 5G du géant nippon est construit. Alors voir un des principaux fournisseurs se tourner officiellement vers l’Open RAN devrait avoir pour effet de rassurer un marché inquiet de ne pas avoir le choix.

Pour l’instant, Nokia va seulement proposer des interfaces ouvertes pour ses baseband, avec une phase de test lancée dès cette année. Un lancement officiel arrivera courant 2021.