Ambroise Carrière est allé à la rencontre de Xavier Simon, directeur général de Cision France, pour Culture Numérique. Cision fournit solutions et services pour la communication, l’influence, la veille médiatique, etc. Son directeur général est donc l’interlocuteur idéal pour faire un point sur l’impact de la crise sanitaire sur la communication, souvent l’un des premiers secteurs à faire les frais d’une crise. Cet épisode de Culture Numérique c’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur une entreprise née au XIXe siècle et qui a su s’adapter pour être aujourd’hui parmi les leaders dans son domaine.

Pour s’abonner à Culture NumériqueSpotify – Apple Podcasts – Deezer – Google Podcasts.

Le « News & Business », Xavier Simon y a atterri un peu par hasard, lui qui se destinait plutôt à une carrière d’universitaire en physique fondamentale. À l’arrivée, par le jeu des rencontres il n’a plus quitté ce secteur d’activité jusqu’à être nommé directeur général chez Cision France en 2017. Une année charnière en France pour l’entreprise qui rachète l’Argus de la presse, l’acteur historique de la veille média pour les sociétés en relations publiques, lui aussi né au XIXe siècle.

Plus de 350 « éclaireurs de marques » membre de Cision

L’Argus de la presse n’est pas la seule structure qui a été reprise par Cision. En France elles sont plus de 350, si l’on en croit le site de la société, parmi lesquelles Datapress, Hors Antenne, PR Newswire, Europresse. Forcément cela pose un défi d’intégrer autant d’équipes avec leurs clients, leurs métiers différents. Pour Xavier Simon cela passe par une « raison d’être commune », il explique, « On se définit comme des éclaireurs de marques, tous, que nous venions de la veille média, des influenceurs, du logiciel, des études … notre mission commune c’est celle d’éclairer nos clients ». Anecdote souvent ignorée, Cision travaille beaucoup avec le secteur académique, la société est le premier fournisseur d’information presse pour les universités, écoles, bibliothèques.

Son cœur de métier reste toutefois les relations presse et la communication, un secteur qui a des raisons de s’interroger sur son avenir : la crise économique guette après la crise sanitaire. Cision, qui a produit des ressources supplémentaires, beaucoup de webinars, pour ses clients a souhaité faire une synthèse des retours reçus. Une étude a été menée auprès de 552 marketers et communicants. Ce qui en ressort, comme beaucoup de secteurs, c’est qu’il existe de l’incertitude parmi les participants, mais aussi de l’optimisme. Cet optimisme est basé sur les capacités d’adaptation du secteur, les campagnes maintenues ont eu leur contenu réajusté, les canaux utilisés ont été adaptés, les événements en ligne organisés…

Pour le moment la baisse des budgets n’est pas confirmée

Pour Culture Numérique Xavier Simon a livré quelques enseignements de l’étude de Cision, « Plus de 90% des personnes interrogées estiment qu’il était important de communiquer durant la pandémie et même, plus de 70% ont estimé que c’était une opportunité de prise de parole. Une majorité des personnes qui ont osé communiquer durant cette crise ont eu de bons résultats selon eux ». Finalement la période a démontré, selon l’analyse de Xavier Simon, l’importance d’une communication, « ne sous-estimons par l’envie des entreprises, des directions, de s’engager dans cette dynamique d’après crise et de comprendre et d’utiliser la communication comme moyen d’action ». La crise de budget tant redoutée n’est pas là, pour le moment. L’incertitude sur l’avenir du secteur règne encore, mais l’incertitude ouvre aussi la porte à l’optimisme.