Comme toutes les entreprises du secteur, Bolt a subi la crise du Covid-19 de plein fouet. Pour tenter de se relancer, l’entreprise se réinvente et propose désormais un service de vélos électriques à Paris. Bolt prévoit d’étendre ce nouveau service dans d’autres grandes capitales européennes.

Bolt se positionne sur le marché des vélos électriques

Vous l’aurez peut-être remarqué si vous vivez à Paris, mais depuis quelques semaines, le seul service de vélos en libre-service qui fonctionne dans la capitale française est Vélib‘, le service de la ville. Gobee.bike, Obike, Ofo, Mobike, autant d’entreprises qui ont tenté de faire de l’ombre au célèbre Vélib’, mais qui ont échoué. Avec ses vélos électriques, Bolt est convaincu qu’il peut séduire les parisiens.

Avant la crise, Bolt s’était vu accorder une aide de 50 millions d’euros de la part de la banque européenne d’investissement pour s’implanter massivement en Europe. La société a du potentiel mais ne compte « que » 30 millions d’utilisateurs en Europe et en Afrique, contre 100 millions pour Uber. Il reste encore un peu de chemin à parcourir, mais cette solution de vélos électriques pourrait être la solution.

Uber, justement, a lui aussi voulu implanter ses vélos électriques à Paris sous la bannière Jump. Alors que le géant américain est sur le point de racheter Lime, Jump a retiré tous ses vélos électriques des rues de Paris, Londres, Rome, Bruxelles et bien d’autres villes. Les vélos en libre-service, électriques ou pas, sont un service très appréciés des européennes et notamment des parisiens. En ce moment, les vélos ont vraiment la cote. Voyons si Bolt peut en tirer profit.

Un nouveau concurrent aux Vélib’ électriques

Un nouveau service à Paris donc, qui n’aura rien de dépaysant : les parisiens pourront accéder au service de vélos électriques à partir de l’application Bolt. Comme pour les autres véhicules en libre-service, il suffira de scanner un QR code pour récupérer son vélo. En ce qui concerne la tarification, Bolt essaie de rendre son service le moins cher possible pour attirer ses premiers utilisateurs.

Il n’y aura pas de frais de déverrouillage et la location d’un vélo coûtera 0,10 euros par minute. C’est honnête, mais n’oublions pas que c’est une offre de lancement. Cela n’empêche pas Vélib’ de rester toujours plus attractif en terme de prix. Un Vélib’ coûte 2 euros pour une location de 30 minutes, ou 8,30 euros par mois. Avec Bolt, vous payez 2 euros pour un trajet de 20 minutes.