Pendant le confinement, Netflix annonçait la diminution de sa qualité de diffusion suite à un échange avec le commissaire européen pour le marché intérieur, Thierry Breton. Il était notamment question d’éviter la congestion des réseaux et pour cause, 20 % du trafic internet français est occupé par la plateforme de streaming vidéo, démontre un nouveau rapport de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse). Malgré une concurrence toujours plus accrue, le géant du streaming continue donc d’assoir sa position de leader.

Le trafic internet occupé par Netflix, preuve de sa position sur le marché

Dans le rapport d’activité décrivant l’état d’Internet en France, l’Arcep est satisfaite : les réseaux ont réussi à faire face au confinement malgré une hausse du trafic de près de 30 %. Des mesures ont en effet été prises rapidement pour que les personnes ayant recours au télétravail ne soient pas affectées par l’afflux d’internautes. YouTube et Netflix ont ainsi diminué respectivement leur qualité de diffusion.

Dans la même catégorie

En occupant 20 % du trafic Internet à lui seul, Netflix montre sa position de leader sur le marché du streaming vidéo. D’ailleurs, le rapport illustre très bien que l’écart se creuse avec les autres acteurs proposant de la vidéo, soulignant au passage qu’Amazon Prime Video, Canal+, ou encore Twitch n’occupent chacun que moins de 5 % du trafic. Aux côtés de Netflix au classement, on retrouve Google (15 %), Akamai et Facebook (10 %). Ce classement est toutefois basé sur des chiffres de fin 2019, il se pourrait donc que les choses aient évolué depuis l’arrivée de Disney+ en France.

Qu’en est-il de sa part du trafic internet à l’échelle mondiale ?

Si en France, Netflix occupe plus de 20 % du trafic internet, à l’échelle mondiale, sa part est de 15 %. Ce chiffre montre le pouvoir et le travail opéré par la firme américaine. Julien Pillot, auteur de « Qui pourra arrêter Netflix », indique au Parisien : « Ils arrivent à optimiser le rendu de l’écran en fonction du débit réel pour obtenir la meilleure qualité, peu importe la connexion ».

Finalement, cette part de trafic montre que malgré la concurrence et la hausse des prix observée chez nos voisins anglais, Netflix n’a pas encore beaucoup de souci à se faire.