En tout ce sont quinze millions de poteaux électriques qui sont répartis partout sur le territoire français. Ils permettent aux français de profiter de services haut débit et très haut débit. Pour mieux maîtriser son parc de poteaux, Orange s’est penché sur l’IoT (l’Internet of Things).

Des poteaux téléphoniques connectés pour prévenir les pannes

Après s’être associé en 2018 avec Google pour investir dans des startups de la zone EMEA, l’opérateur français étudie actuellement la conception d’un processus de monitoring à distance proactif qui permettrait d’avoir une meilleure visibilité et une meilleure maîtrise de ce parc de poteaux téléphoniques. L’objectif est également de faciliter le travail des techniciens d’intervention. Concrètement, Orange est donc en train de développer une solution de poteaux connectés et intelligents pour anticiper les pannes et les incidents réseaux.

La logique de gestion de ce parc est jusqu’à aujourd’hui considérée comme « réactive ». Des tests sont réalisés tout au long de l’année pour vérifier la qualité des poteaux téléphoniques. En théorie cela devrait se passer comme cela. Pourtant la réalité est toute autre. Lorsqu’il y a des intempéries ou des accidents, ce sont plutôt les riverains, les maires ou les clients qui signalent la chute d’un poteau téléphonique ou son dysfonctionnement. Pour le moment, Orange n’est pas capable de savoir précisément quelle partie de son infrastructure est faillante à distance. Encore moins en période de catastrophe naturelle et cela pose problème.

Une solution pour éviter les accidents

Cette raison a poussé l’opérateur français à déployer, sur une sélection de poteaux dits « sensibles », un capteur capable de transmettre des données et d’alimenter le SI d’Orange. Selon Philippe Delbarre, responsable de projets IoT B2B chez Orange :

« L’idée est de faire parler des poteaux jusqu’ici muets. De précieuses informations sur leur statut sont véhiculées via le réseau LoRa jusqu’à Live Objects, notre plateforme de gestion d’objets connectés. Ces données sont communiquées en temps réel vers une plateforme de supervision opérationnelle, qui peut ainsi monitorer en permanence les poteaux, et organiser les interventions en cas d’alerte lancée par le dispositif IoT, lorsqu’une inclinaison du poteau de plus de 45° est identifiée par l’accéléromètre intégré au capteur ».

Nous apprenions récemment que les ondes émises par les antennes 5G en France étaient inférieures au seuil légal. C’était en tout cas ce que laissait penser le rapport de l’Agence Nationale des Fréquences. Certains de ses poteaux téléphoniques étaient notamment gérés par Orange. Demain, on peut imaginer que l’opérateur français puisse accéder à cette information directement depuis son siège, grâce à l’IoT.