Le lundi 22 juin, la société japonaise Softbank a annoncé son intention de vendre la quasi-totalité de ses actions dans T-Mobile, l'opérateur à succès de téléphonie mobile. Pour le moment, 65% de ses parts, soit 198 millions d’actions qui pèseront 21 milliards de dollars, seront officiellement transférés à T-Mobile lui-même, lequel les mettra sur le marché à partir d’une offre publique. La transaction devrait être finalisée ce vendredi.

Des pertes colossales à cause de la pandémie

En mars, le géant des investissements a déclaré qu’il projetait de solder l'équivalent de 41 milliards de dollars de ses actifs. Le but était de racheter certaines de ses propres actions ainsi que d'effacer ses dettes.

Dans son rapport du mois dernier, Softbank a confirmé une perte de 18 milliards de dollars enregistrée par son Vision Fund. Nombre de ses investissements ont été freinés par la pandémie. Parmi les investissements de Softbank qui n’ont pas eu de succès figure évidmment WeWork. Elle qui valait 100 milliards de dollars et n’a même pas réussi à entrer en bourse.

Les potentiels acheteurs en vue

Dans ses déclarations, l’opérateur télécoms T-Mobile a communiqué que 134 millions des actions vendues par SoftBank seront introduites sur le marché. Aussi, une option pour 10 millions d'actions supplémentaires sera accordée aux souscripteurs de l'offre publique. Le grand actionnaire de T-Mobile, Deutsche Telekom, disposera d’une option d’achat sur plus de 100 millions d'actions de Softbank. Sur un délai de deux ans, partiellement, ou en totalité, la société allemande pourra l’exercer ou non.

Selon l’opérateur américain, Marcelo Claure, le Directeur de T-Mobile et PDG de Softbank Group International, récupérera 5 millions des actions. Il l’achèterait à partir d’un prêt auprès de sa société.

La pandémie du Covid-19 a vraisemblablement secoué les investissements du Japonais Softbank. D’ailleurs, le géant aurait toujours des inquiétudes sur une nouvelle vague du Covid-19 et prévoit de vendre encore plus. L'idée est de libérer plus de liquidités et ainsi de combler ses réserves de trésorerie actuelles.