Qualcomm a dévoilé sa puce Snapdragon 690, la première de la série 6 à intégrer la 5G grâce au nouveau modem X51 5G. Grâce à elle, les téléphones de milieu de gamme pourront, eux aussi, bientôt profiter de la norme de réseau nouvelle génération.

Le Snapdragon 690, premier SoC de la série 6 à embarquer la 5G

C’est sur son site que Qualcomm a dévoilé toutes les spécificités détaillées de sa Snapdragon 690. On y apprend que cette nouvelle puce est gravée en 8 nm et que sa partie CPU repose sur deux cœurs Kryo 560 cadencés à 2 GHz qui sont complétés par six Kryo 560 cadencés à 1,7 GHz. Par rapport à la précédente génération de sa série, le Snapdragon 690 promet ainsi un gain de performance de 20%.

Elle prend également en charge le Bluetooth 5.1 et le WiFi 6, supporte la capture de vidéos en 4K HDR, prend en charge les écrans Full HD+ (120 Hz) et la fonction de charge rapide Quick Charge 4+. Toutefois, sa plus grande nouveauté réside dans sa compatibilité 5G, mise en place grâce au nouveau modem X51 5G développé par Qualcomm. Précisons néanmoins que la Snapdragon 690 supportera seulement la 5G sub-6GHz, et non la norme la plus rapide qui est la 5G mmWave (5G+). Un bon début néanmoins, puisque cette puce est destinée à s’intégrer à des terminaux aux tarifs moins élevés que ceux proposés aujourd’hui.

Qualcomm ouvre la voie aux smartphones 5G à prix abordables

À l’heure actuelle, la 5G n’est majoritairement disponible que pour les smartphones très haut de gamme. Chez Qualcomm, ce sont les puces de la série Snapdragon 8 qui leur sont attribués. En décembre 2019, l’entreprise américaine a commencé à ouvrir la voie de la 5G à des appareils moins chers, mais toujours bien au-dessus des 500€, grâce à ses puces 865, 765 et 765G.

Avec la Snapdragon 690, Qualcomm vise cette fois les smartphones de milieu de gamme, probablement situés en dessous des 350€. En effet, les SoC de la série 6 sont généralement destinés à des terminaux dont les prix varient entre 200 et 300€. Pour Cristiano Amon, le président de Qualcomm, cette puce permettra ainsi de potentiellement “rendre la 5G accessible à plus de deux milliards d’utilisateurs de smartphones dans le monde“.