Facebook a intenté cette semaine deux procès contre MGP25 Cyberint Services en Espagne et contre Massroot8 aux États-Unis. Deux entreprises qui enfreignent les règles du réseau social. La première permet de générer de faux commentaires sur Instagram tandis que la deuxième peut voler les mots de passe Facebook de ses utilisateurs.

Deux procès contre MGP25 Cyberint Services et Massroot8.

Ces deux procès sont à l’image du quotidien des équipes juridiques de Facebook qui doivent sans cesse lutter contre de telles entreprises, qui contournent les règles du géant des réseaux sociaux. Cette fois-ci, Facebook s’attaque MGP25 Cyberint Services pour avoir vendu de faux commentaires sur Instagram à ses utilisateurs. Un procès qui nous rappelle forcément celui gagné par Facebook contre l’entreprise Social Media Series Limited en Nouvelle-Zélande.

Ce service offrait de faux abonnés, et de fausses impressions à ses utilisateurs pour gonfler leurs statistiques. Le principe bien connu de la “fake influence”, exactement le même processus utilisé par MGP25 Cyberint Services. Facebook s’est également attaqué à Massroot8.com et son fondateur Mohammad Zaghar, devant un tribunal de San Francisco. Cette entreprise américaine se présentait comme un outil pour gérer plusieurs comptes et plusieurs pages sur Facebook.

Un combat quotidien pour les réseaux sociaux

En réalité, le service de Zaghar récoltait les mots de passe Facebook de ses utilisateurs une fois qu’ils avaient enregistré leur compte. Facebook a confirmé que Mohammad Zaghar se serait servi de ces mots de passe pour accéder aux comptes des utilisateurs concernés, les évincer et recueillir des données auprès de leurs amis. 5 500 comptes Facebook sont concernés. Le site Massroot8 continue de fonctionner à ce jour.

Les faux comptes et les faux likes sont une problématique de taille pour la plupart des réseaux sociaux. L’année dernière, Facebook et Instagram décidaient d’agir pour tenter de contrer ce fléau. Le géant des réseaux sociaux se lançait dans une action en justice et attaquait quatre entreprises et trois personnes basées en République populaire de Chine. L’application du droit reste primordiale pour ces sociétés qui mènent chaque jour un véritable combat sur internet pour tenter de débusquer les sociétés qui contournent les règles.