En avril Nokia était passé à côté des plus gros contrats de la 5G en Chine, quand son concurrent européen, Ericsson parvenait à en grappiller. C’est sans doute avec une pointe de soulagement que l’entreprise a pu annoncer que Nokia fournira 10% du réseau central 5G de China Unicorn.

Nokia n’obtient aucun contrat sur le marché chinois de la 5G

L’hostilité des États-Unis envers l’entreprise Huawei a permis à Nokia d’obtenir quelques victoires, comme sur le marché de la 5G australienne. Problème, les opérateurs chinois,China Unicorn, China Mobile et China Telecom, semblent avoir favorisé en retour, pour le marché radio 5G domestique, Huawei et ZTE. Nokia n’a gagné aucun marché lors des appels d’offres d’avril 2020.

L’explication géopolitique ne suffit pas. De son côté, Ericsson a obtenu un contrat à plusieurs centaines de millions de dollars. Nokia a fait des choix stratégiques rendant son offre radio 5G inadaptée au marché chinois. Une décision assumée auprès du site spécialisé Light Reading, à l’époque “Nous avons orienté nos travaux de R&D sur la 5G de manière à optimiser les fonctionnalités mondiales et les fonctionnalités pour des marchés plus rentables, et peut-être pour cette raison n’avons-nous pas procédé à certaines adaptations locales nécessaires pour la Chine“.

À l’annonce de cet échec, l’entreprise finlandaise se voulait rassurante, le contrat pour fournir 10% du coeur de réseau de China Unicorn semblait déjà en chantier. La confirmation est finalement arrivée le 15 juin.

Une petite victoire, insuffisante ?

Markus Borchert, président de Nokia Greater China, a déclaré “Nokia est très fier d’étendre sa relation de travail avec China Unicom au-delà de la 4G. Nous sommes impatients de collaborer étroitement avec China Unicom sur de nouveaux modèles commerciaux et l’innovation de services 5G pour permettre un écosystème 5G ouvert“.

Selon le communiqué de l’entreprise finlandaise, “Le réseau central remplit une variété de fonctions, incluant la mise en place de connexions, la gestion de la bande passante, l’extension et la sécurisation du réseau, et, maintenant avec la 5G, l’ouverture du réseau pour prendre en charge de nouveaux cas d’utilisation de logiciels tels que le découpage du réseau”. Des éléments déjà maitrisés au Japon par la 5G de Rakuten.

Pas sûr que cela suffise à compenser les échecs de Nokia sur le conséquent marché chinois de la 5G. L’entreprise finlandaise devra compter sur les pays occidentaux qui ont décidé de se priver de Huawei. Une décision qu’il faut espérer durable après un énième revirement des États-Unis sur le sujet.