C’est ce lundi 8 juin 2020 que Honda a fait état d’une cyberattaque majeure au sein de ses serveurs internes, révèle Reuters. Victime d’un ransomware, le constructeur automobile japonais a dû arrêter une partie de sa production dans plusieurs de ses usines à travers le monde.

Honda serait victime d’un ransomware

C’est depuis le dimanche 7 juin 2020 que le constructeur automobile Honda subit de fortes perturbations sur son réseau informatique au niveau mondial. Un porte-parole de l’entreprise a confirmé que ces perturbations sont dues à une cyberattaque affectant notamment l’usage des systèmes internes, l’accès aux courriers électroniques ainsi que la possibilité pour l’entreprise d’accéder à ses serveurs informatiques.

Le constructeur automobile se veut toutefois rassurant en affirmant qu’aucun vol de données n’a été constaté, et que cette cyberattaque n’aurait qu’un impact minime sur l’entreprise.

Selon différents experts, ce serait un ransomware (“rançongiciel” en français) qui aurait frappé Honda. Le principe de ce type de logiciels malveillants est le suivant : une fois entré dans un système informatique, le ransomware prend en “otage” des données en les chiffrant et en bloquant ainsi leur accès. C’est alors qu’une rançon est demandée au propriétaire, la plupart du temps en monnaie virtuelle, en échange d’une clé de déchiffrage.

Pour l’heure, on ne sait pas encore comment les cyberattaquants ont réussi à infiltrer le système de Honda. Toutefois, une récente enquête a révélé que les ransomwares ont majoritairement lieu en dehors des heures de travail ; de fait, le soir et le week-end sont les moments où les entreprises sont plus vulnérables.

Aussi, les ransomware auraient augmenté de 25% au cours du premier trimestre 2020 par rapport à l’année précédente. Une augmentation qui peut, en partie, s’expliquer par le fait que les hackers ont su profiter du Covid-19 pour tromper leurs victimes en les amenant à télécharger des documents et des fichiers piégés, directement en lien avec le virus.

La production du constructeur automobile mise en pause

Suite à cette cyberattaque, Honda a dû arrêter la production de ses voitures et motos dans plusieurs usines à travers le monde. En effet, le constructeur automobile a dû s’assurer que ses systèmes de contrôle qualité n’avaient pas été compromis par cette intrusion malveillante.

Si la plupart des usines Honda ont rapidement repris du service, d’autres sont encore à l’arrêt à l’heure actuelle. C’est notamment le cas des usines situées dans l’Ohio aux États-Unis, au Brésil, en Inde et en Turquie. À ce propos, le porte-parole de la firme précise que “des travaux sont actuellement en cours pour minimiser l’impact et restaurer la pleine fonctionnalité des activités de production, de vente et de développement“. Il y a donc fort à parier que tout rentre très prochainement à la normale chez Honda.