Le prochain lancement de satellites Starlink par SpaceX sera différent des précédents : à bord du lanceur Falcon 9, se trouveront trois satellites SkySats de la firme Planet. Leur mission sera de capturer des images de la Terre à une fréquence élevée pour un suivi en temps réel.

De l’imagerie en haute définition

Fondée par des anciens scientifiques de la NASA en 2010, l’entreprise Planet fournit des images en haute résolution de la Terre en temps réel grâce à ses constellations de satellites. Ces images sont utiles à de nombreux secteurs, comme celui de l’agriculture, du maritime, de l’énergie ou encore de la sylviculture. La firme compte environ 300 satellites en orbite, la plupart d’entre eux étant des CubeSats, ou nano-satellites.

Le besoin grandissant pour des images de grande qualité a poussé Planet à développer des appareils plus imposants : baptisés SkySats, ils pèsent 110 kilos et ont la taille d’une machine à laver. Il sont en outre capables de capturer des visuels avec une résolution de moins d’1 mètre et une quinzaine d’entre eux se trouvent actuellement orbite. Elle souhaite désormais agrandir sa constellation avec six satellites supplémentaires et a déjà trouvé une entreprise, et pas des moindres, pour le lancement de ces derniers.

L'image satellite d'une centrale électrique en Inde.

© Planet

Des prix imbattables proposés par SpaceX

C’est donc SpaceX qui va se charger de cette tâche. Alors qu’elle vient d’envoyer ses premiers astronautes dans l’espace et a réussi un nouveau lancement de satellites Starlink, la fusée Falcon 9 transportera trois SkySats lors de ses deux prochaines missions Starlink. On le rappelle, SpaceX ambitionne de fournir un Internet haut débit dans le monde entier avec une constellation qui pourrait atteindre jusqu’à 40 000 satellites. À l’heure actuelle, 480 ont déjà été déployés autour de notre planète.

Mike Safyan, vice-président des lancements chez Planet, a expliqué que la firme d’Elon Musk avait été choisie grâce à ses prix attractifs défiant toute concurrence :

« C’est le résultat de la réduction spectaculaire du coût d’accès au lancement par SpaceX. C’est important. Ils ont tellement réduit le prix que nous ne pouvions pas croire ce que nous avions devant nous ».

Le contrat entre les deux entreprises a été signé il y a six mois seulement, alors que SpaceX venait d’afficher son ambition d’intégrer le marché des lancements de petits satellites, rappelle Ars Technica. Avec son expertise, sa capacité à réutiliser ses lanceurs et ses prix abordables, il n’est pas étonnant que la société ait du succès.

Une fois placés en orbite, les SkySats utiliseront leur système de propulsion pour atteindre leur destination qui se trouve à 450 kilomètres d’altitude. De là-bas, ils délivreront des images d’une extrême qualité à leur client en temps réel, et aideront à développer des villes plus intelligentes en observant la vie urbaine de manière très poussée, ou encore à surveiller les catastrophes naturelles comme jamais auparavant.

Le prochain lancement de Starlink devrait être opéré dans les prochaines semaines, puis le suivant au mois de juillet.