Le ministère de la Justice américain et d’autres agences fédérales des États-Unis ont demandé à la Federal Communication Commission (FCC) de révoquer la capacité des télécoms chinois à opérer aux États-Unis. Selon Reuters, China Telecom, China Unicom et Pacific Networks demandent fermement à la FCC de ne pas révoquer l’autorisation d’exercer sur le territoire américain qui leur est accordée depuis plus de deux décennies.

Les télécoms chinois dans le collimateur de la FCC

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ne semble pas prête de s’estomper. Depuis l’affaire Huawei, le gouvernement de Donald Trump se méfie des entités chinoises exerçant sur le sol américain. En novembre dernier, le ministère de l’Intérieur avait par exemple clouait 800 drones DJI au sol, craignant un espionnage industriel de la part de Pékin. Aujourd’hui le ministère de la Justice veut empêcher les télécoms chinois d’exercer sur le territoire américain.

Pourtant, China Telecom, Pacific Networks et China Unicom ne comptent pas se laisser faire. Les trois entreprises de télécoms chinois ont explicitement demandé à la FCC de ne pas révoquer leurs droits. Le ministère de la Justice s’inquiète une fois de plus de l’éventualité d’un espionnage industriel de la part des entités chinoises. China Telecom a qualifié les demandes du gouvernement de “non fondées”. L’entreprise affirme que :

“La FCC ne devrait pas révoquer notre droit d’opérer aux États-Unis sur la seule base de préoccupations de politique étrangère en l’absence de toute preuve d’une faute spécifique. La conduite et les agissements de notre société à ce jour, ne démontrent aucune base raisonnable pour prouver un manque de confiance, comme mentionné par le gouvernement américain”.

L’influence de Pékin inquiète l’administration Trump

En avril, le ministère de la Justice, ainsi que les ministères de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères et du Commerce, ont cité “des risques substantiels et inacceptables pour la sécurité nationale et l’application de la loi, associés aux activités de China Telecom”. Le président de la FCC, Ajit Pai, a déclaré ceci :

“Nous sommes très préoccupés par la vulnérabilité de télécoms chinois concernant l’exploitation, l’influence et le contrôle du Parti communiste chinois sur leurs dirigeants”.

On se souvient qu’en 2018, China Telecom avait détourné une partie du trafic Internet américain. Un détournement qui aurait pu servir à des fins d’espionnage selon Chris Demchak et Yuvall Shavitt, chercheurs dans de prestigieuses institutions américaines et israéliennes. Pourtant, selon China Unicom :

“Ces deux décennies d’expérience en tant que contributeur précieux sur le marché américain des télécommunications nous confèrent un bon bilan en matière de respect des obligations réglementaires envers la FCC, et une volonté manifeste de coopérer avec les organismes américains chargés de l’application de la loi”.