Moins d’une semaine après avoir envoyé des astronautes dans l’espace à bord de la capsule Crew Dragon, SpaceX lance un nouveau lot de 60 satellites Starlink. L’un d’entre eux possède une visière qui doit faire office de pare-soleil pour réduire la pollution lumineuse. Le 3 juin, la fusée Falcon 9 de SpaceX a décollé avec succès. La constellation Starlink compte désormais 480 satellites en orbite.

Un huitième lancement Starlink réussi

Le dernier lancement de satellites est plutôt récent car il date du 22 avril. SpaceX intensifie le rythme au fil des mois. On en est encore loin, mais à terme, Elon Musk prévoit de placer 42 000 satellites en orbite. Son objectif ? Inonder le monde avec une connexion Internet haut débit. Les satellites Starlink sont conçus pour transmettre une connectivité à large bande passante vers la Terre. Les clients Starlink pourront accéder à une connectivité par le biais de terminaux au sol. L’US Army a même décidé de signer avec Starlink pour améliorer sa connectivité sur des terrains de guerre.

Des tests sont en cours pour limiter la pollution lumineuse

Ce dernier lancement a une particularité. L’un des satellites est différent des autres. Il comprend une visière, un genre de pare-soleil. L’engin spatial devra le déployer lorsqu’il sera dans l’espace. Ce pare-soleil est conçu pour bloquer la lumière du soleil et ainsi éviter les reflets. SpaceX tente de rendre ses satellites moins lumineux dans le ciel pour éviter de générer une pollution lumineuse trop forte. Une étude publiée par l’Union astronomique internationale (UAI) faisait récemment état des potentiels dangers liés au développement des constellations de satellites dans l’espace.

Les astronomes sont inquiets. Divers observatoires ont participé à cette étude et les résultats son unanimes : les observations astronomiques vont être gravement altérées par les constellations de satellites. Ce premier test avec un pare-soleil donnera déjà une bonne indication sur la faisabilité de réduire la pollution lumineuse. Ce pare-soleil doit permettre de limiter la luminosité des satellites, qui apparaissent particulièrement brillants dans le ciel au lever et au coucher du soleil sur Terre.

L’UAI n’est clairement pas convaincu des mesures prises par SpaceX pour limiter la pollution lumineuse. Les astronomes estiment même que c’est dérisoire compte tenu du nombre de satellites déjà en orbite. Les prédictions de l’UAI sont les suivantes : lorsqu’il y aura des dizaines de milliers de satellites en orbite terrestre basse, environ 1 500 d’entre eux se trouveront au-dessus de l’horizon, et environ 250 à 300 se trouveront à plus de 30 degrés au-dessus, la fameuse zone observée par les astronomes.