Il y a quelques jours Magic Leap annonçait une levée de fonds de 350 millions de dollars. Au bord du gouffre, l’entreprise a réussi un coup de force magistral pour se sortir d’une situation financière très compliquée. Pourtant, d’après Business Insider, les nouveaux investisseurs ont fait savoir que Rony Abovitz, actuel PDG du groupe, serait évincé dans quelques semaines.

Magic Leap est une entreprise très fragilisée

Rony Abovitz est un patron américain emblématique. C’est lui qui est à l’origine de la société Magic Leap et lui qui l’a porté là où elle se trouve aujourd’hui. Connu pour être un grand visionnaire, il risque malgré tout de devoir quitter le navire, contre son gré. Il faut revenir quelques mois en arrière pour comprendre cette situation. L’entreprise de Rony Abovitz s’est affaiblie depuis plusieurs années et notamment depuis le lancement des célèbres Magic Leap One.

Pour sortir ce produit, l’entreprise aurait dépensé 2,3 milliards de dollars. Un investissement colossal et des ventes qui n’ont jamais été la hauteur. Abovitz espérait vendre 100 000 paires de lunettes, alors que seulement 6 000 se sont écoulées. Les conséquences de la crise du Covid-19 ont été immédiates pour l’entreprise. Déjà fragilisée, Magic Leap annonçait il y a quelques jours un licenciement massif de la moitié de ses effectifs.

Rony Abovitz doit céder sa place

Heureusement (ou pas), Magic Leap a cédé une part de son actionnariat pour récupérer un autre financement. Son capital est à l’heure actuelle partagé avec une entreprise non identifiée, œuvrant dans la santé. Selon un mémo envoyé au personnel, Rony Abovitz continuera à travailler pour la société pendant une période de transition, mais des candidats sont déjà sur le pont pour le remplacer. Voici que nous pouvons lire dans ce document interne :

“Comme le conseil d’administration et moi-même l’avions prévu, mon départ est une étape naturelle suite à ce nouveau financement. J’en ai discuté avec le conseil d’administration et nous avons convenu que le moment était venu d’engager un nouveau PDG qui puisse aider à commercialiser nos produits à grande échelle”.

Les salariés sont saufs, mais pas Rony Abovitz qui risque finalement d’être le seul à devoir céder sa place. En tentant de surpasser Apple, Microsoft et Facebook dans la course à la création d’un dispositif de réalité augmentée grand public, Abovitz a peut-être eu les yeux plus gros que le ventre.