Il suffit de l’avoir essayé ou de l’utiliser au quotidien pour s’en rendre compte, Siri, l’assistant personnel d’Apple, n’est pas tout à fait au niveau de la concurrence de Google Assistant ou Amazon Alexa. Un retard accumulé au fil des années qu’Apple cherche à combler alors que les assistants personnels sont de plus en plus cruciaux sur le marché. Pour ce faire, la firme à la pomme s’est tournée vers la startup canadienne Inductiv (localisée à Waterloo, en Ontario), spécialisée en intelligence artificielle, et l’a racheté cette semaine.

Apple veut aider Siri à mieux comprendre ce que vous lui demandez

Rien d’inhabituel pour Apple, qui rappelle volontiers procéder au rachat « de plus petites sociétés de temps à autres ». Un communiqué usuel dont il faudra se satisfaire : Apple n’en dit jamais beaucoup plus sur ses acquisitions et sa stratégie en la matière. D’après Engadget, ce rachat viserait pourtant bien à améliorer Siri et surtout sa capacité à comprendre les requêtes vocales des utilisateurs. D’après le site spécialisé, cet achat serait d’ailleurs complémentaire de l’acquisition, en avril dernier, de Voysis. Cette autre entreprise tombée dans le giron du géant de Cupertino est pour sa part spécialisée dans l’interprétation, par des IA, du langage naturel.

Les contours du plan d’Apple se dessinent donc peu à peu : l’idée sera probablement d’aider Siri, à grands renforts d’IA plus efficaces, à mieux comprendre ce que veut l’utilisateur pour limiter les risques de réponses erronées (courantes avec Siri à l’heure actuelle). Notons qu’Apple a entamé des démarches il y a maintenant près de deux ans pour permettre à son assistant personnel de rattraper son retard. En 2018, le groupe débauchait par exemple John Giannandrea, qui dirigeait les divisions de recherche en intelligence artificielle chez Google. Reste maintenant à savoir ce que l’intéressé pourra bien nous concocter avec l’aide des spécialistes de chez Inductiv et Voysis…