Zoom a annoncé le 22 mai 2020 qu’elle allait temporairement désactiver Giphy. Cette mesure de sécurité a été adoptée à la suite de la divulgation de certaines informations confidentielles de ses utilisateurs.

Pour protéger la vie privée des utilisateurs

L’entreprise a déclaré, dans une note publiée sur son blog, que cette initiative permettrait de protéger la vie privée des utilisateurs. Elle a poursuivi en soulignant que la fonctionnalité sera remise dès que des mesures techniques et sécuritaires supplémentaires auront été mises en place.

Zoom a également déclaré vouloir apporter quelques mises à jour de sécurité sur la plateforme. Le partage d’écran sera désormais limité et des fonctions de mise en sourdine et de désactivation seront bientôt intégrées. Les communications vidéo à partir de plusieurs appareils seront aussi restreintes.

Rappelons que Facebook a acquis Giphy pour la somme de 300 millions de dollars depuis seulement quelques jours. Ce leader des réseaux sociaux compte même bientôt l’intégrer sur Instagram. Cette acquisition a suscité des inquiétudes auprès des internautes quant à la protection des données, vu que les GIF de Giphy sont également utilisés par iMessage et Twitter. Facebook a aussi déclaré qu’il allait bientôt intégrer la bibliothèque Giphy sur Instagram et d’autres applications encore.

Zoom semble vouloir se distancier de Facebook

Cette décision de désactiver l’option Giphy pourrait signifier que Zoom a pris ses distances avec Facebook. Les deux applications ont déjà connu des problèmes de confidentialité de données par le passé. En mars, on a découvert que l’application sur iOS de Zoom a transféré des données confidentielles à Facebook. Zoom a vite réagi en supprimant le code d’envoi des données à Facebook qui a gravement impacté sur sa réputation.

Zoom a connu une ascension fulgurante pendant la pandémie du Covid-19 du fait de l’augmentation de sa demande de service à cause du travail à distance. La plateforme totalise actuellement pas moins de 700 millions d’utilisateurs. Une diffusion de leurs données pourrait à ce stade engendrer une sérieuse crise de relations publiques. Une telle situation entacherait pour de bon l’image de l’entreprise, qui redouble d'effort pour améliorer la sécurité de son service.