À Hong Kong, Pékin tente une nouvelle fois d’imposer sa toute puissance. De nouvelles manifestations ont éclaté suite à l’annonce d’un projet de loi de sécurité imposé par le gouvernement chinois. Ce projet de loi fait craindre un revers majeur pour les libertés dont bénéficie la région autonome chinoise. Par conséquent, la demande de VPN a explosé depuis quelques jours à Hong Kong.

La recherche du mot-clé « VPN » a augmenté de 1 680%

D’après Wang Yi, ministre des Affaires étrangères en Chine :

« Il est impératif que la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong et son mécanisme de mise en œuvre s’appliquent sans le moindre délai. Les terroristes continuent à progresser et des forces étrangères se sont profondément et illégalement ingérées dans les affaires de Hong Kong. Ces différents éléments représentent une grave menace pour la prospérité à long terme ».

Les hongkongais ont parfaitement compris le message. En plus d’être allés manifester massivement, ils se sont empressés de télécharger un VPN pour éviter que cette loi sur la sécurité. La demande de réseaux privés virtuels à Hong Kong a plus que sextuplé au cours de la journée du jeudi 21 mai.

Un VPN permet de contourner de nombreuses restrictions sur le web. Les ressortissants chinois en utilisent par exemple pour se connecter à Facebook où le réseau social est prohibé. Les recherches pour le mot-clé « VPN » ont également grimpé de 1 680% durant cette même journée à Hong Kong. C’est sans précédent.

Hong Kong tombera-t-il sous la domination de Pékin ?

Revenu sous domination chinoise en 1997, le territoire hongkongais était jusqu’à présent totalement autonome. La formule faisant foi étant la suivante : « un pays, deux systèmes ». Un moyen de conserver un degré d’autonomie élevé que l’on ne trouve pas en Chine continentale, y compris des droits liés à la liberté d’expression. Seulement, depuis quelques mois on sent bien que Pékin souhaite accélérer la cadence et remettre la main sur ce petit bout de Chine.

En août 2019, la Chine faisait déjà de la propagande sur YouTube, Facebook ou Twitter pour tenter de diaboliser les manifestants hongkongais. Cette fois-ci le nouveau projet de Pékin est de promulguer une loi sur la sécurité nationale. De quoi faire frissonner les marchés financiers et les hongkongais.

Les pro-démocraties craignent évidemment qu’une telle mesure n’entraîne une surveillance et une censure accrues. Rachel Welsh, directrice de l’exploitation d’Atlas VPN a déclaré que : « si Hong Kong tombe sous les mêmes restrictions numériques que les citoyens chinois dans un avenir proche, alors nous pouvons nous attendre à un intérêt encore plus grand pour les services VPN ».