Alors que la pandémie est quasiment maîtrisée en Chine, le gouvernement cherche des prétextes pour continuer d’utiliser l’application de traçage numérique mise en place pour lutter contre le Covid-19. D’après le Wall Street Journal, ce sytème de suivi pourrait bien devenir un élément permanent dans la vie des chinois.

Un traçage numérique à vie pour les chinois ?

Depuis le début de la crise, de nombreux pays se sont lancés dans le développement d’une application de traçage numérique pour tenter d’endiguer la propagation du virus. C’est également le cas de la France, où le système StopCovid doit être officiellement lancé le 2 juin. En Chine, il s’agit de ce fameux système de QR code qui attribue une couleur en fonction de l’état de santé des habitants. Cette application permet d’identifier et d’isoler les personnes susceptibles de propager la maladie.

Aujourd’hui plusieurs médias rapportent que cette application pourrait perdurer, même si la maladie est totalement maîtrisée. Un point inquiétant car le système de traçage numérique du pays empiète véritablement sur la vie privée des chinois. Si cette technologie de traçage numérique a sans doute permis au gouvernement d’identifier des malades et de lutter contre la maladie (quoi que ce ne soit pas réellement le cas en Australie avec COVIDSafe), il serait contraire au principe de liberté de continuer d’utiliser cette application.

La technologie de traçage numérique mise en place en place par le gouvernement chinois recueille de nombreuses informations, dont les données de localisation. Dans une allocution officielle, Zhou Jiangyong, secrétaire du Parti communiste du centre technologique de Hangzhou, a déclaré que : « l’application va devenir un gardien de la santé pour les habitants. Notre système est tant aimé et apprécié que vous ne pouvez pas supporter de vous en séparer ».

Un moyen pour le gouvernement de pister sa population

Depuis des années la Chine cherche à exploiter les données de ses habitants pour gouverner plus sereinement et faire régner l’ordre. Cette application de traçage numérique pourrait avoir de grandes conséquences sur la vie des chinois. Le système mis en place n’est pas anonymisé comme ce sera le cas en France. Le gouvernement pourrait connaître l’emplacement exact de chacun de ses ressortissants… Tous les chinois ne sont pas à l’aise avec cette idée. Selon Li Sihui, chercheur à l’Université de science et de technologie Huazhong à Wuhan :

« La prévention et le contrôle des épidémies ont besoin du soutien de la technologie et de l’exploitation de grandes quantités de données, c’est évident. Pourtant, cela ne signifie pas que le gouvernement puisse collecter librement et au hasard des informations sur les citoyens en empruntant un prétexte de prévention pour mieux contrôler les individus ».

À Hangzhou, la ville où le système de QR code a été déployé au tout début de l’épidémie, les dirigeants prévoient d’étendre ce code de santé pour classer les citoyens avec un « indice de santé personnel ». Wang Xin, romancier chinois, a réagi sur Weibo : « cela ne viole-t-il pas notre vie privée ? Le fait de surveiller et de discriminer les personnes en mauvaise santé n’est pas juste ». La suite du Covid-19 s’annonce inquiétante en Chine.