Richard Branson aurait certainement rêvé que ce premier vol aéroporté se passe parfaitement bien pour voler la vedette à Elon Musk qui prépare un événement historique cette semaine. De la toute première tentative de Virgin Orbit, nous retiendrons donc un échec.

Premier vol aéroporté pour Virgin Orbit

Pas d’inquiétude, les échecs sont nombreux dans le domaine de l’aérospatial. Même Elon Musk a posté un tweet allant dans ce sens pour encourager Virgin Orbit à continuer sa mission. La société fondée en 2012 par Richard Branson, également à la tête du groupe Virgin, ambitionne de développer un lanceur aéroporté capable d’être déployé à 10 000 mètres d’altitude. Virgin Orbit aimerait offrir un service de lancement plus flexible aux sociétés comme SpaceX qui veulent envoyer des satellites en orbite.

La différence majeure entre un lancement classique et la solution proposée par Virgin Orbit est que la fusée ne décolle pas dans la même direction. Un lanceur classique décolle depuis le sol à la verticale alors que le LauncherOne (nom donné par Virgin Orbit à sa fusée) décolle à l’horizontale depuis l’aile gauche de Cosmic Girl (un Boeing 747 spéiclameent prévu à cet effet). De cette manière, la fusée décolle avec une certaine vitesse et peut se placer plus rapidement en orbite.

Un décollage bref de la fusée LauncherOne

Si Virgin Cosmic devait décoller depuis le Royaume-Uni, il est finalement parti depuis le désert du Mojave en Californie. Comme l’expliquait un porte-parole avant le lancement : “pour Virgin Orbit, c’est la chose la plus complexe que nous ayons jamais tentée. Il faudra être attentif car les toutes premières secondes après la libération sont les plus importantes”. LauncherOne a bien réussi à décoller du Boeing 747, au-dessus du Pacifique, mais le vol s’est terminé “brutalement” quelques minutes après. La fusée n’a pas atteint l’orbite terrestre comme prévu.

Retenons tout de même qu’il s’agit de la première tentative du genre. Personne auparavant n’avait tenté de faire décoller une fusée à combustible liquide à 10 000 mètres d’altitude en position horizontale. Le principal est que le décollage ait eu lieu. En revanche il faudra du temps pour que Virgin Orbit puisse atteindre son objectif de mettre régulièrement des fusées en orbite. Le PDG de Virgin Orbit, Dan Hart, a déclaré que :

“Notre équipe a effectué cette opération de pré-lancement dans des conditions incroyables. Nous avons atteint un grand nombre des objectifs que nous nous étions fixés, mais pas autant que nous l’aurions souhaité. Néanmoins, nous avons fait un grand pas en avant aujourd’hui. Nos ingénieurs examinent déjà les données de ce premier vol. Notre prochaine fusée attend dans le hangar pour un deuxième vol. Nous allons apprendre, nous ajuster et commencer à préparer notre prochain test, qui aura lieu bientôt”.