En 2013, l’éditeur Jeremiy Burge a lancé Emojipédia qui est devenue une plateforme de référence sur les emojis. Le site s’est spécialisé dans la documentation et l’usage courant de ces caractères imagés dans le cadre de la norme Unicode. Parmi ses activités figure la fourniture d’outils permettant la suivi de nouveaux caractères émoji, des changements de conception et des tendances d’utilisation. Emojipédia, qui a été qualifié de “première ressource mondiale sur l’emoji”, publie également des articles.

Une nouvelle voie de communication ?

Le 1er mai 2020, une étude menée par Emojipédia a révélé que l’utilisation des émojis a considérablement augmenté. Actuellement, près d’un tweet sur cinq en comporterait au moins un. Cette situation serait due au fait que les émojis ont permis aux gens d’exprimer leurs émotions, malgré les règles de distanciation sociale.

Le Covid-19 a conduit à un enfermement dans une sphère de solitude. En manque d’interactions sociales, de plus en plus de personnes semblent compter sur les émojis pour partager leurs pensées et leurs émotions à un public qu’elles ne peuvent plus fréquemment directement. D’ailleurs, Google a récemment déclaré à CNN Business que l’utilisation des émojis sur Gboard pour Android a connu une croissance de 60% entre janvier et mars 2020.

En réponse à la pandémie, plusieurs demandes concernant la mise en place d’une nouvelle gamme d’émojis spécifique au Covid-19 ont été effectuées par les internautes. Concernant ces requêtes, Jeremy Burge, fondateur d’Emojipédia, a déclaré qu’Unicode cherche à ce que l’emoji ait un impact durable. Ainsi, pour qu’un émoji puisse être approuvé, il faudrait qu’il gagne un intérêt soutenu pendant une longue période.

Une baisse de l’utilisation des émojis positifs

Entre août 2019 à avril 2020, les études faites par Emojipedia ont démontré que l’utilisation des émojis positifs avait baissé de 5,63%, tandis que celle des émojis négatifs avait augmenté de 1,97%. Cependant, le palmarès revient au « pleading face » qui a connu une augmentation de 44,12% et devient le troisième émoji le plus populaire sur Twitter.

On peut également remarquer un accroissement de l’utilisation de certains émojis. Par exemple, celle de l’émoji « main de prière » a connu une augmentation de 25% en quelques mois. Il serait utilisé comme marque de soutien, et se hisse rapidement à la huitième place du classement. Des icônes telles que le visage avec un masque médical, le microbe et une barre de savon ont également fait leur apparition dans des messages spécifiquement associés au coronavirus.

La soudaine émergence de ces nouveaux émojis a fait baisser l’utilisation des anciens, tels que le ballon de foot, l’avion ou les palmiers. Les données révèlent des changements dans les comportements sur les médias. Ceux-ci semblent essentiellement liés au Covid-19.