Pour Twitter, l’arrivée de la fonctionnalité Fleets était un pari risqué. Il faut dire que le réseau social, tout comme la majorité de ses utilisateurs, ne sont pas de grands partisans des changements radicaux sur la plateforme. Pourtant, d’après les premières analyses et retombées de Fleets, il semble que cette fois, le pari ait bel et bien été payant.

Les stories made in Twitter

Annoncée au début du mois de mars 2020, soit seulement un mois après le rachat de Chroma Labs, la fonctionnalité Fleets a d’abord été déployée au Brésil pour une phase de test d’envergure. Ce format éphémère est l’équivalent des stories que l’on connaît sur les autres réseaux sociaux, à la différence près que Twitter a su y implémenter son ADN avec brio afin d’en faire une fonctionnalité cohérente avec le reste de sa plateforme.

En effet, sur Fleets, c’est le conversationnel qui prime. Les twittos sont invités à partager leurs pensées, sans pour autant prendre trop de risques puisque leurs messages s’effacent automatiquement après être restés en ligne pendant seulement 24 heures. Évidemment, les utilisateurs ont la possibilité d’ajouter des images pour accompagner leurs textes, et leurs abonnés peuvent y réagir par messages privés. Une fonctionnalité idéale donc, pour les utilisateurs qui se montrent encore timides à l’idée de publier sur Twitter.

Moins de signalements et un test qui s’étend

Si Twitter n’a encore que très peu de recul sur Fleets, le réseau social partage déjà des premiers résultats encourageants. Dans un tweet, il explique : “Il est encore *très tôt*, mais nous constatons moins d’abus avec les Fleets (que sur les tweets classiques) car seul un faible pourcentage d’entre eux est signalé chaque jour“.

Il faut dire que Twitter est malheureusement connu pour être une plateforme sur laquelle le cyber-harcèlement et les discours haineux sont monnaie courante. Le réseau social semble donc s’enthousiasmer en faisant apparaître Fleets comme une fonctionnalité plus saine que les tweets classiques, puisqu’elle enregistre moins de signalements de propos problématiques.

Fort de ce premier succès, le réseau social a décidé d’étendre son test en lançant Fleets en Italie. Une information révélée par Kayvon Beykpour, co-fondateur de Periscope et chef de produit chez Twitter.

De toute évidence, Fleets semble d’ores et déjà être un succès pour Twitter. Il ne reste plus qu’à savoir si l’Italie enregistrera les mêmes résultats que le Brésil. Si tel est le cas, on peut parier pour une arrivée très prochaine de cette fonctionnalité dans le reste du monde.