Selon les informations rapportées par Bloomberg le 20 mai, des transactions sur les marchés secondaires semblent indiquer que la startup chinoise ByteDance dépasse les 100 milliards de dollars de valorisation. L’entreprise qui compte employer 10 000 personnes supplémentaires est visiblement en pleine forme.

33% de valeur en plus en 2 ans pour ByteDance

En levant 3 milliards de dollars en 2018, ByteDance avait dépassé Uber comme startup la plus valorisée au monde avec 75 milliards de dollars. Un record qui pourrait avoir grimpé de 33% ces deux dernières années.

Selon des sources de Bloomberg des transactions récentes porterait la valeur de ByteDance entre 105 et 110 milliards de dollars, voire, pour certaines d’entre elles, jusqu’à 140 milliards. Des valeurs souvent évaluées avec une décote sur le marché secondaire, car les investisseurs ont moins d’informations sur les entreprises.

Andrea Walne, une experte des marchés secondaires interrogée par Bloomberg explique que « Les transactions de ByteDance reflètent la vague mondiale de consommateurs qui conviennent que ByteDance peut supplanter Facebook en tant que premier réseau social ».

Il faut dire qu’au total la startup fédère 1,5 milliard d’utilisateurs mensuels avec son panel d’application. TikTok est de loin la plus connue mondialement avec ces 500 millions d’utilisateurs actifs mensuels, mais ByteDance possède aussi Douyin, l’équivalent chinois de TikTok et un service d’information, Toutiao.

Aujourd’hui ByteDance a les moyens de regarder les géants du numérique droit dans les yeux. Aux États-Unis la startup fait mieux que ses concurrents Twitter et Snapchat et regarde vers Facebook. En Chine ses concurrents s’appellent désormais Alibaba ou Tencent. De plus, son appétit de croissance insatiable fait qu'elle se tourne vers le streaming musical, et bien d'autres projets encore.

Les régulateurs américains sur le qui-vive

Forcément, un tel succès ne va pas sans susciter des interrogations, des méfiances. Les États-Unis s’intéressent de très près à TikTok, sur la censure, sur les données potentiellement stockées en Chine.

ByteDance a nommé à la tête de l’application musicale un directeur général américain renommé, Kevin Mayer, pour l’aider dans ses relations avec les autorités américaines. La possibilité de vendre TikTok, ou au moins une partie de ses actions, a été également évoquée. Pour le moment difficile d’imaginer que ByteDance veuille se séparer de la poule aux œufs d’or.