Au fil des années, l’application de Facebook se transforme de plus en plus en une super-app, à l’instar du modèle développé par le géant chinois WeChat. On peut quasiment tout faire sur Facebook. Désormais, avec Facebook Shops, les marques peuvent ouvrir gratuitement une boutique en ligne pour vendre et encaisser directement au sein de la plateforme.

Facebook ressemble de plus en plus à une super-app

Le confinement a permis à Facebook de franchir la barre des 3 milliards d’utilisateurs actifs… On l’a vu, l’utilisation des réseaux sociaux a augmenté de 61% depuis le début de la crise. Le réseau social compte bien en profiter. Facebook propose désormais aux commerçants et aux e-commerçants de mettre en ligne leur catalogue à travers Facebook Shops et de personnaliser l’interface de leur boutique en ligne.

Cette fonctionnalité arrive à point nommé pour les commerçants touchés de plein fouet par la crise du Covid-19 et comme vous pouvez vous en douter, ce n’est pas un hasard. Les acheteurs pourront suivre l’état de leur commande à travers Messenger, Instagram Direct ou WhatsApp, les messageries du groupe. Mark Zuckerberg explique que :

« Notre objectif est de faciliter le shopping et de faire en sorte que chacun, de la petite entreprise à la marque internationale, puisse utiliser nos applications pour entrer en contact avec ses clients, malgré la pandémie que nous traversons ».

Pour le moment, 1 million d’entreprises ont été retenues pour expérimenter cette nouvelle fonctionnalité. Les 159 autres millions présentes pourront en profiter d’ici quelques semaines.

Facebook Shops doit faciliter le shopping en ligne

Évidemment, Facebook Shops proposera aux e-commerçants de mettre en avant leurs produits à travers de publicités. Dans un second temps, la vente directe à l’intérieur de WhatsApp et de Messenger est prévue. Si la Libra finit par voir le jour, Facebook Shops pourrait être totalement autonome.

Attention, Facebook Shops n’est pas une pâle copie de Marketplace, une fonctionnalité qui permet aux particuliers de vendre leurs produits sur Facebook. La nouvelle fonctionnalité de Facebook est bien plus poussée et professionnalisée.

Les GAFAM, Facebook en tête, cherchent à profiter de l’essor du e-commerce dû à la crise du Covid-19. Google tente aussi de convaincre les e-commerçants avec Google Shopping. Le 22 avril, cette fonctionnalité proposée par Google devenait gratuite pour les e-commerçants : un moyen de gagner en volume face au géant Amazon. Laurent Solly, président de Facebook France, affirme que :

« La vente en ligne a franchi un cap. Selon une étude de McKinsey, le confinement a permis de faire en huit semaines ce que l’on aurait fait en cinq ans en termes de digitalisation des économies. Or nous pensons que les entreprises ne vont pas revenir en arrière ».