Dans une lettre adressée au Congrès américain, Amazon a sous-entendu que Jeff Bezos ne serait pas le dirigeant qui irait témoigner concernant la nouvelle affaire antitrust qui pèse sur le dos de l’entreprise. Une nouvelle qui risque de fortement déplaire aux députés.

Jeff Bezos appelé à témoigner

Tout s’est enchaîné rapidement depuis les révélations du Wall Street Journal le 23 avril dernier. Selon une vingtaine de sources comprenant des anciens employés d’Amazon, la firme a enfreint ses propres règles et fait preuve de concurrence déloyale en exploitant les données de ses vendeurs tiers pour le développement de ses propres produits. Au mois de juillet 2019 pourtant, l’avocat général associé d’Amazon Nate Sutton avait déclaré sous serment devant le Comité judiciaire de la Chambre des représentants que ce n’était pas le cas, rappelle Reuters.

Suite à ces accusations, les leaders démocrates ont lancé une enquête antitrust contre le géant du Web, entraînant le Comité judiciaire à appeler Jeff Bezos lui-même à témoigner. Selon les législateurs américains, les méthodes employées par l’entreprise sont hautement préjudiciables :

« Si les informations contenues dans l’article sur Wall Street Journal sont avérées, alors les déclarations faites par Amazon devant le Comité sur ses pratiques commerciales semblent trompeuses, et peut-être même criminellement fausses ».

Amazon fait de la résistance

Il paraît toutefois que la firme n’ait pas envie de se plier si facilement aux demandes des représentants. Dans une lettre adressée au Congrès, le vice-président de la politique publique d’Amazon Brian Huseman nie ces allégations :

« Nous désapprouvons fermement toute suggestion selon laquelle nous aurions d’induire le Comité en erreur ou que nous n’aurions pas été coopératifs ».

Il déclare par ailleurs qu’une enquête interne a été lancée et que les résultats seront partagés avec les députés. Surtout, Huseman affirme que le « cadre approprié » serait mis à disposition du Comité pour témoigner, on peut donc imaginer que ce ne sera pas le PDG d’Amazon, Jeff Bezos. En réponse, le Congrès risque d’assigner ce dernier à se rendre devant le Comité. L’homme le plus riche de la planète est le seul PDG des quatre géants du Web (Apple, Amazon, Facebook et Google) à ne s’être jamais rendu devant le Congrès pour témoigner…

Par ailleurs, Amazon est également surveillée par la Federal Trade Commission (FTC) dans le cadre d’une autre enquête antitrust.